Législatives: Macron refuse tout “accord d’appareil” entre En Marche! et les autres partis

Législatives: Macron refuse tout “accord d’appareil” entre En Marche! et les autres partis

"Il n'y aura aucun accord d'appareil" entre En Marche! et "quelque parti que ce soit" aux prochaines élections législatives, a affirmé jeudi...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

"Il n'y aura aucun accord d'appareil" entre En Marche! et "quelque parti que ce soit" aux prochaines élections législatives, a affirmé jeudi Emmanuel Macron, en renouvelant son souhait d'investir des candidats dans toutes les circonscriptions pour ce scrutin.

"Je ne négocierai aucune circonscription contre un ralliement", a assuré l'ancien ministre de l'Economie de François Hollande, lors d'une conférence de presse à son QG de campagne dans le XVe arrondissement de Paris.

"Je ne sacrifierai aucun de nos engagements initiaux qui nous ont menés jusqu'ici. Je ne suis le candidat d'aucun parti ni d'aucun appareil existant", a poursuivi le fondateur et président d'En Marche!

M. Macron a cependant précisé que son parti permettait "les adhésions multiples". Les candidats d'En Marche! aux élections législatives "peuvent être par ailleurs socialistes, radicaux, écologistes, centristes, républicains tant qu'ils se retrouvent dans notre projet", a-t-il ajouté.

M. Macron, candidat à l'élection présidentielle, a annoncé que le processus d'investiture pour les élections législatives s'ouvrait jeudi au sein de son parti et concernait donc les 577 circonscriptions.

"Tous les membres du mouvement ou ceux qui souhaiteraient le rejoindre peuvent s'inscrire en ligne", a-t-il déclaré en se félicitant d'être "la seule force politique à avoir établi des formalités aussi claires et et accessibles".

Pour chaque postulant, cinq critères seront pris en compte, a ajouté M. Macron avant de les développer.

Le "renouvellement", "pour permettre de faire émerger des personnalités engagées et talentueuses" de la société civile. "Plus de la moitié de nos candidats doit incarner ce renouvellement", a plaidé M. Macron.

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron
AFP

La "parité stricte", "y compris dans les circonscriptions favorables".

La "probité": "aucun de nos candidats ne devra avoir de casier judiciaire ni avoir subi de peines d'inéligibilité".

La "pluralité politique", en veillant à ce que toutes les tendances du mouvement soient représentées.

Et l'"accord avec le projet". "Tous les candidats investis signeront le même contrat avec la nation que moi. Ainsi, aucun candidat investi ne pourra exprimer un désaccord avec le coeur de notre projet et il le portera clairement devant ses électeurs", a assuré M. Macron.

L'ancien ministre a ajouté qu'"une commission nationale en charge des investitures sera constituée dans les prochains jours".

"Elle sera l'instance en charge des désignations. Elle sera composée de neuf membres adhérents du mouvement s'engageant eux-mêmes à ne pas être candidat. Je n'en serai pas membre", a-t-il précisé.

"Les investitures seront décidées par vagues successives avec un objectif: construire une majorité de projet pour gouverner et traduire en actes notre engagement collectif et citoyen", a encore souligné l'ancien ministre de l'Economie.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le