Législatives: REM se désistera “partout où le risque du FN est présent”

Législatives: REM se désistera “partout où le risque du FN est présent”

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a affirmé mardi que les candidats de La République en Marche aux législatives...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a affirmé mardi que les candidats de La République en Marche aux législatives des 11 et 18 juin se désisteraient entre les deux tours "partout où le risque du Front national est présent".

"Partout où le candidat de la République en Marche, en se maintenant (au second tour, ndlr) ferait prendre le risque d'une élection du Front national, partout nous retirerons notre candidat, et partout où le maintien du candidat nous permettra d'empêcher cette élection, nous nous maintiendrons", a affirmé M. Castaner sur LCI.

Arrivé troisième lors du premier tour des élections régionales de 2015 en PACA, Christophe Castaner avait sacrifié sa liste aux couleurs du PS pour "faire barrage" à Marion Maréchal-Le Pen (FN), arrivée largement en tête, et permettre l'élection de la liste menée par Christian Estrosi (LR).

François Baroin, chef de file LR pour les législatives, avait prôné lundi "le désistement" en cas de victoire possible du FN, souhaitant que la réciproque soit vraie du côté d'En Marche comme du Parti socialiste. "Les désistements devront faire partie de l'entre-deux-tours des législatives", avait-il affirmé.

Sur France Inter, il a précisé qu'il s'agissait d'une "position personnelle, qui n'est pas celle du bureau politique qui se réunira au soir du premier tour des législatives", estimant que ce cas de figure, source d'un "désistement", serait "très limité".

"J'ai toujours été partisan d'un barrage (contre le FN, ndlr). Si vous mettez une pièce de la taille d'un euro dans le barrage, sous la pression vous avez des difficultés, donc il faut rétablir ce barrage", a-t-il affirmé.

Au lendemain du premier tour de la présidentielle qui a vu l'élimination de François Fillon, LR avait eu de longues discussions pour finir par trouver un compromis excluant l'abstention face à Marine Le Pen sans toutefois soutenir explicitement Emmanuel Macron.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le