Législatives: selon Lagarde, pas de négociations entre l’UDI et Macron

Législatives: selon Lagarde, pas de négociations entre l’UDI et Macron

Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde a exclu lundi une suspension de l'accord entre son parti et Les Républicains, ainsi...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde a exclu lundi une suspension de l'accord entre son parti et Les Républicains, ainsi que des négociations avec le mouvement En Marche! en vue des législatives, malgré son appel à voter Emmanuel Macron.

"Nous avons évidemment nos candidats qui continuent leur campagne. A l'UDI, on a toujours fait la même chose, nous présentons des candidats, nous présentons un projet, les parlementaires qui sont élus votent pour ce qu'ils trouvent positif et contre ce qu'ils trouvent négatif", a déclaré Jean-Christophe Lagarde sur LCI.

Le parti centriste, soutien du candidat Les Républicains François Fillon, battu dimanche au premier tour de l'élection présidentielle, a appelé à voter Emmanuel Macron, arrivé en tête devant la candidate du Front national Marine Le Pen, au second tour le 7 mai.

Interrogé sur l'éventualité de négociations avec En Marche! en vue des élections législatives de juin, le président de l'UDI a répondu que "la question ne se pose même pas".

François Baroin, membre de l'équipe de campagne de François Fillon, avait assuré dimanche que Les Républicains allaient "bloquer l'accord électoral" avec l'UDI "sur les candidatures des législatives", afin de "créer les conditions d'une alternance politique".

"Évidemment Emmanuel Macron est au centre gauche, nous sommes au centre droit, ça n'empêche pas le dialogue, n'empêche que sur le projet il y avait des différences, il reste des différences", a souligné lundi Jean-Christophe Lagarde, disant partager "40 à 45%" du programme d'Emmanuel Macron.

"Si demain une majorité à l'Assemblée nationale venait à proposer une augmentation de la CSG nous voterions contre, s'il s'agit de reconstruire une gouvernance européenne (...) évidemment on le soutiendra", a-t-il expliqué.

"Aujourd'hui, moins d'un Français sur quatre ont approuvé je crois d'abord sa personne, peut-être aussi une part de son projet, il y a tous les autres Français qui ont besoin de s'exprimer, d'envoyer des députés à l'Assemblée nationale pour qu'on soit en situation de savoir quelle majorité veulent les Français", a-t-il ajouté.

Dans la même thématique

Palais de Justice de Nice
7min

Politique

Législatives 2024 : les magistrats pourraient-ils s’opposer à un gouvernement dirigé par le RN ? 

A l’approche du premier tour des élections législatives, la question de la possibilité, pour les fonctionnaires, de désobéir au gouvernement devient de plus en plus pressante. Le syndicat de la magistrature a appelé à s’opposer à l’accession au pouvoir de l’extrême-droite. Une déclaration qui pose la question de savoir si les juges pourraient s’opposer à un gouvernement d’extrême-droite.

Le

Législatives: selon Lagarde, pas de négociations entre l’UDI et Macron
5min

Politique

Conflit LR/Ciotti : la direction provisoire du parti s’apprête à saisir la justice

Si Éric Ciotti s’affiche désormais aux côtés de Jordan Bardella et Marine Le Pen, son exclusion des Républicains, votée par deux fois en Bureau politique, a été suspendue par la justice. Les cadres du parti souhaitent convoquer un troisième Bureau politique, mais le député sortant s’y oppose. La direction provisoire du mouvement va donc saisir la justice, afin que soit désigné un administrateur provisoire.

Le

Julian Assange extradition decision at Royal Courts Of Justice in London, UK – 20 May 2024
5min

Politique

Libération de Julian Assange : « La mobilisation de l’opinion publique a payé »

L’épilogue d’une saga judiciaire longue de 14 ans. Ce mardi, Julian Assange a été relâché de sa prison du Royaume-Uni, à la suite d’un accord de plaider-coupable conclu avec la justice américaine. Poursuivi pour avoir révélé des centaines de milliers de documents confidentiels, il encourait jusqu’à 175 ans de prison. Très mobilisé pour la libération du fondateur de Wikileaks, le groupe communiste du Sénat se réjouit de cette libération.

Le