Législatives: “trop de pouvoir tue le pouvoir”, prévient Cambadélis

Législatives: “trop de pouvoir tue le pouvoir”, prévient Cambadélis

"Trop de pouvoir tue le pouvoir", a averti jeudi le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, alors que les sondages...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

"Trop de pouvoir tue le pouvoir", a averti jeudi le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, alors que les sondages accordent une large majorité au parti d'Emmanuel Macron, lequel devrait selon lui "composer avec l'ensemble des forces qui l'ont porté au pouvoir".

Une très large majorité pour le chef de l'Etat ? "Je le redoute parce que ça voudrait dire que nous aurons une Assemblée nationale qui votera au canon, qui sera une chambre d'enregistrement et il n'y aura pas d'opposition. A partir du moment ou il n'y pas d'opposition à l'Assemblée nationale, elle sera soit dans les médias, soit dans la rue", a déclaré M. Cambadélis sur RTL.

"Trop de pouvoir tue le pouvoir". "La centralisation autour d'Emmanuel Macron dans tous les domaines de la vie politique économique, sociale et maintenant sécuritaire va créer des tensions, des contre-pouvoirs, des volontés de voir le pays respirer autrement", a poursuivi le premier secrétaire du PS, candidat à sa succession à Paris.

Emmanuel Macron "a fait 24% au premier tour. Il a été élu au second tour avec l'alliance de tous les partis démocratiques". "Au second tour, il n'y a pas eu d'accord de projet avec le pays, il y a eu un accord de rejet. Donc cela nécessite que tous ceux qui ont participé à ce rejet doivent pouvoir discuter du projet". "Il devrait composer avec l'ensemble des forces qui l'ont porté au pouvoir".

Sur la loi travail, "on est quand même à trois jours de l'élection législative, personne ne sait sur quoi on va se prononcer", a-t-il dénoncé.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le