Les dirigeants catalans ont eu un « discours trompeur » selon Cyril Trépier

Les dirigeants catalans ont eu un « discours trompeur » selon Cyril Trépier

Invité de « Sénat 360 », le géographe Cyril Trépier confirme que si la Catalogne déclarait son indépendance, elle sortirait de l’Union européenne.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Mardi 10 octobre va se réunir le parlement catalan, alors qu’un référendum le 1er octobre a vu la victoire du oui et que dimanche dernier une manifestation anti-indépendantiste de grande ampleur s’est déroulée à Barcelone. Carles Puigdemont, le président catalan va-t-il déclarer l’indépendance de la Catalogne demain devant le parlement catalan ?

« C’est toute la question » s’interroge le géographe et chercheur en géopolitique, Cyril Trépier. Selon lui, rien n’est sûr. Le dirigeant catalan pourrait y renoncer mais il pourrait également déclarer l’indépendance de la Catalogne mais avec « effet différé » : « Ce serait une situation de compromis mais cela ne résoudrait rien sur le fond ».

De toute façon la déclaration unilatérale d’indépendance n’aurait pas de valeur légale : « Indépendamment des violences policières, ce référendum n’a pas été organisé avec les garanties minimales pour qu’un référendum est une réelle valeur juridique » explique-t-il.

Et si la déclaration d’indépendance de la Catalogne était déclarée, elle aurait pour conséquence la sortie automatique de la Catalogne de l’Union européenne : « Même si aucun texte ne prévoit explicitement cette hypothèse (…), la réponse est clairement qu’une sécession au sein d’un état membre provoquerait la sortie de l’Union européenne, de la zone euro et de la zone Schengen du nouvel état ainsi constitué » assure-t-il. Sur ce point, de la part des dirigeants catalans, il y a eu « un discours trompeur », conclut le chercheur.

Dans la même thématique

Strasbourg : European Parliament session
6min

Politique

Européennes 2024 : que disent les derniers sondages sur les tendances ?

Jordan Bardella reste toujours loin devant, quand Valérie Hayer peine à contenir la dynamique de Raphaël Glucksmann. Le candidat PS/Place Publique talonne de plus en plus la liste de la majorité présidentielle. Manon Aubry pour LFI progresse un peu, quand François-Xavier Bellamy est plus ou moins stable.

Le