Les Insoumis déclenchent une polémique en voulant supprimer le drapeau européen de l’hémicycle

Les Insoumis déclenchent une polémique en voulant supprimer le drapeau européen de l’hémicycle

La volonté des députés Insoumis de supprimer le drapeau européen de l'hémicycle pour le remplacer par celui de l'ONU provoque une...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

La volonté des députés Insoumis de supprimer le drapeau européen de l'hémicycle pour le remplacer par celui de l'ONU provoque une polémique, le président de l'Assemblée François de Rugy (LREM) se demandant notamment où "ils sont allés chercher cette histoire".

Les 17 députés du groupe présidé par Jean-Luc Mélenchon ont déposé un amendement à une proposition de résolution visant à "clarifier" les droits de l'opposition à l'Assemblée, après l'imbroglio sur des postes clefs début juillet.

Il prévoit que "seuls peuvent être présents dans l'hémicycle le drapeau tricolore (...) et le drapeau de l'Organisation des Nations unies", au motif notamment que "la France n'est pleinement en phase avec son projet politique historique d'indépendantisme et de promotion de la paix que si elle dépasse tout ancrage régional et zonal".

Dès son arrivée à l'Assemblée en juin, Jean-Luc Mélenchon s'était agacé de la présence du drapeau bleu et étoilé dans l'hémicycle. M. Rugy (LREM) avait répondu lors de son élection à la présidence en défendant un "symbole d'une paix durable" qui a "toute sa place".

"Je ne sais pas où est-ce qu'ils sont allés chercher cette histoire du drapeau français et de l'ONU", a encore déclaré mercredi le président de l'Assemblée. "Est-ce que vous avez vu au fronton des mairies le drapeau de l'ONU ?, Personne ne l'a jamais vu nulle part", a-t-il lancé sur LCP.

"Un de mes prédécesseurs a souhaité qu'il y ait les deux drapeaux (…) j'entends bien que nous continuions ainsi", a ajouté M. Rugy.

Dès mardi soir, le député LREM Matthieu Orphelin avait dénoncé un "triste combat" sur Twitter.

"Même le @FN_officiel n'avait jamais osé", a tweeté un autre député LREM, Pieyre-Alexandre Anglade.

Le député FN Louis Aliot a donné "raison" mercredi aux Insoumis. "Nous sommes dans l'Assemblée nationale française, c'est normal qu'il n'y ait que le drapeau français, je pense que l'on soutiendra cet amendement oui (...). On n'en a pas discuté", a déclaré sur LCI l'élu des Pyrénées-Orientales.

Les députés de la commission des Lois ont commencé à étudier mercredi matin la proposition de résolution pour modifier le règlement. D'emblée, la présidente LREM Yaël Braun-Pivet n'a pas jugé souhaitable d'en "élargir" la portée.

Dans la même thématique

Paris: Francois-Xavier Bellamy during a press conference
12min

Politique

Européennes : un rapprochement entre LR et le groupe d’extrême droite ECR est-il envisageable au Parlement européen ?

Alors que le compromis est la règle en Europe, la tête de liste LR aux européennes assume de voter « très souvent » au Parlement européen avec des « collègues du groupe ECR », l’un des deux groupes d’extrême droite, où siège le parti de Giorgia Meloni. La première ministre italienne pourrait se retrouver au centre des discussions au lendemain du scrutin. Au sein des LR, la prudence reste de mise, mais certains, comme Julien Aubert, vice-président du parti, plaident pour « s’allier avec ECR ».

Le

FRA – EMMANUEL MACRON – MARINE LEPEN – RN – ELYSEE
7min

Politique

Débat Macron-Le Pen sur les européennes : « S’il avait lieu, ça commencerait à poser un sérieux problème démocratique », analyse Bruno Cautrès 

A deux semaines du scrutin des européennes, Emmanuel Macron a déclaré être « prêt à débattre maintenant » avec Marine Le Pen. Alors que la liste de la majorité présidentielle, menée par Valérie Hayer, se fait largement distancer par celle de Jordan Bardella, le principe de la confrontation arrange-t-il les deux camps ? Quels sont les enjeux d’un tel débat ? Décryptage.

Le

Paris: EELV lancement campagne elections europeennes
7min

Politique

Européennes 2024 : que contient le programme des Écologistes ?

A moins de deux semaines du scrutin, les sondages sont de moins en moins favorables au parti écologiste qui pourrait ne pas atteindre le seuil des 5 %. Au long d’un programme détaillé, Marie Toussaint dévoile une vision globale du futur de l’Union européenne en mettant l’accent sur la « bifurcation sociale et écologique ».

Le