Les mises en garde de Gérard Larcher sur la réforme constitutionnelle

Les mises en garde de Gérard Larcher sur la réforme constitutionnelle

Le président du Sénat, invité de Territoires d’infos, s’est exprimé sur la réforme institutionnelle voulue par Emmanuel Macron. Insistant sur le besoin de stabilité de la Constitution, il a exposé ses points d’accord et surtout ses divergences avec le chef de l’État, des lignes rouges.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Invité de Territoires d’Infos, sur Public Sénat, en partenariat avec les Indés Radios, Gérard Larcher a donné des avertissements sur la réforme constitutionnelle voulue par le président de la République, et invite à faire preuve de prudence sur ce texte fondamental. « Il ne faut pas jouer avec les institutions à chaque alternance. On a peut-être un peu trop joué avec les institutions », soulève le président du Sénat.

« Notre rôle essentiel, c’est d’examiner […] quelle est l’utilité de la réforme constitutionnelle. Est-ce qu’elle est utile au pays, est-ce qu’on nous en avons besoin ? », a-t-il demandé. Pour lui, les modifications doivent être entreprises d’une « main prudente ».

« Il nous faut des soupapes de sécurité »

Le président du Sénat a mis en avant deux lignes rouges, dont la « tentative de constitutionnaliser le mode électoral ». « Michel Debré [le père de la Constitution de 1958, NDLR] n’avait pas voulu constitutionnaliser, y compris le scrutin majoritaire à deux tours dans l’élection législative, parce qu’il nous faut des soupapes de sécurité en cas de crise politique », explique-t-il.

Deuxième point d’achoppement, qui semble selon Gérard Larcher « contraire à la démocratie » : le non-cumul des mandats dans le temps, en particulier dans les territoires ruraux. « Je crains que l’on ait des difficultés pour trouver des volontaires pour constituer des listes », s’inquiète le président du Sénat.

Quant à la diminution du nombre de parlementaires, Gérard Larcher estime qu’il ne s’agit pas d’un « obstacle » mais note toutefois que « cela ne relève pas de la Constitution ».

De « vraies » commissions mixtes paritaires avec les députés

Sur d’autres points, le premier des sénateurs s’inscrit sur un terrain d’entente. Comme sur la création d’un Conseil supérieur de la magistrature – « à une condition, qu’on ne crée pas un corporatisme » – sur la place des anciens présidents de la République au Conseil constitutionnel, ou encore sur la fabrique de la loi, avec l’instauration de procédures accélérées.

Le président du Sénat demande de « vraies » commissions mixtes paritaires avec l’Assemblée nationale. « On n’aura pas de difficultés à trouver un équilibre » avec son homologue de l’Assemblée nationale François de Rugy, annonce-t-il.

Dans la même thématique

PARIS: MEDEF, Audition des principales tetes de liste aux prochaines elections europeennes
10min

Politique

Européennes 2024 : les « planètes » sont-elles alignées pour permettre à Raphaël Glucksmann de « doubler » Valérie Hayer ?

Alors que les sondages montrent de plus en plus la liste PS/Place Publique de Raphaël Glucksmann au coude-à-coude avec celle de la majorité présidentielle de Valérie Hayer, la question d’un croisement des courbes n’a jamais semblé aussi brûlante. Si l’optimisme reste de mise dans le camp Macron, « on peut se réveiller le 9 juin avec une énorme surprise », alertent certains. Du côté du PS, « on fait tout pour » reléguer les macronistes à la troisième place.

Le

New Caledonia: Emmanuel Macron visit
6min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Parler aujourd’hui de l’organisation d’un nouveau référendum est totalement prématuré », selon Georges Naturel, sénateur de Nouvelle-Calédonie

Alors que le Président de la République a atterri, il y a seulement quelques heures sur le sol calédonien, Public Sénat a pu contacter Georges Naturel, sénateur LR de Nouvelle Calédonie, se trouvant sur place. S’il regrette que cette visite intervienne « si tard », il salue la « bonne » intention pour restaurer un climat d’apaisement sur le « caillou ». Entretien.

Le