Les sarkozystes, “lucides et responsables”, derrière Fillon

Les sarkozystes, “lucides et responsables”, derrière Fillon

Les sarkozystes, se disant "lucides et responsables", ont affiché mardi leur soutien au candidat de la droite François Fillon et...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Les sarkozystes, se disant "lucides et responsables", ont affiché mardi leur soutien au candidat de la droite François Fillon et décidé de "faire campagne à fond" désormais, lors d'une réunion mardi matin.

"Nous avons dit clairement autour de la table que nous étions engagés derrière François Fillon dès lors que celui-ci a affiché sa détermination", a déclaré à la presse Brice Hortefeux, après ce rendez-vous de plus d'une heure dans un restaurant près de l'Assemblée nationale. Plusieurs dizaines d'élus y ont participé, dont François Baroin, Laurent Wauquiez, Nadine Morano, Rachida Dati.

"Nous sommes tout à la fois lucides et responsables: nous ne masquons pas la réalité, les difficultés, (mais) nous devons surmonter ce que nous pouvons ressentir pour nous engager autour du candidat de notre famille", a ajouté ce proche de Nicolas Sarkozy.

Lundi matin, les élus sarkozystes, réunis autour de l'ex-chef de l'Etat, avaient demandé à François Fillon de "prendre ses responsabilités" et choisir lui-même "un successeur" à sa candidature à l'élection présidentielle. Depuis, l'ancien Premier ministre a remporté son bras de fer et obtenu le soutien unanime du comité politique de LR, après le retrait définitif d'Alain Juppé de la course.

Selon le chef de file des députés LR, Christian Jacob, les maîtres mots sont maintenant "unité et rassemblement". "Il n'y a pas 50 manières de faire campagne" et "on a décidé de faire campagne à fond parce que le seul moyen de gagner cette présidentielle, c'est d'être mobilisés", a-t-il déclaré au sortir du rendez-vous matinal.

Christian Estrosi, qui avait avec Valérie Pécresse et Xavier Bertrand demandé au candidat de la droite une rencontre pour le convaincre d'une "sortie respectueuse", a également changé de ligne. Il faut "contribuer à l'unité de toutes nos forces, avec les centristes, pour éviter une victoire de Marine Le Pen", a-t-il lancé.

Georges Fenech, député LR du Rhône, qui voulait une candidature d'Alain Juppé puis a appelé lundi à parrainer François Baroin, a aussi jugé que "le débat est clos" même s'il a "des regrets".

Lors de la réunion, Nadine Morano a cependant estimé qu'"on ne peut pas exclure que ça se plante, il faut garder les parrainages", selon des propos rapportés.

Plusieurs sarkozystes ont assuré faire "confiance" à François Fillon "pour faire naturellement les gestes" afin de rassembler. Un ticket avec François Baroin par exemple? Interpellé par un "Monsieur le Premier ministre", ce dernier a botté en touche devant les caméras: "Faut pas perdre son sens de l humour!". Il a aussi dit son "soutien plein et entier" à François Fillon.

"Il faut réorganiser l'équipe de campagne et renforcer le lien avec le parti. Il faut aussi tendre la main à ceux qui ont douté", selon Daniel Fasquelle, trésorier du parti.

Dans la même thématique

Palais de Justice de Nice
7min

Politique

Législatives 2024 : les magistrats pourraient-ils s’opposer à un gouvernement dirigé par le RN ? 

A l’approche du premier tour des élections législatives, la question de la possibilité, pour les fonctionnaires, de désobéir au gouvernement devient de plus en plus pressante. Le syndicat de la magistrature a appelé à s’opposer à l’accession au pouvoir de l’extrême-droite. Une déclaration qui pose la question de savoir si les juges pourraient s’opposer à un gouvernement d’extrême-droite.

Le

Les sarkozystes, “lucides et responsables”, derrière Fillon
5min

Politique

Conflit LR/Ciotti : la direction provisoire du parti s’apprête à saisir la justice

Si Éric Ciotti s’affiche désormais aux côtés de Jordan Bardella et Marine Le Pen, son exclusion des Républicains, votée par deux fois en Bureau politique, a été suspendue par la justice. Les cadres du parti souhaitent convoquer un troisième Bureau politique, mais le député sortant s’y oppose. La direction provisoire du mouvement va donc saisir la justice, afin que soit désigné un administrateur provisoire.

Le

Julian Assange extradition decision at Royal Courts Of Justice in London, UK – 20 May 2024
5min

Politique

Libération de Julian Assange : « La mobilisation de l’opinion publique a payé »

L’épilogue d’une saga judiciaire longue de 14 ans. Ce mardi, Julian Assange a été relâché de sa prison du Royaume-Uni, à la suite d’un accord de plaider-coupable conclu avec la justice américaine. Poursuivi pour avoir révélé des centaines de milliers de documents confidentiels, il encourait jusqu’à 175 ans de prison. Très mobilisé pour la libération du fondateur de Wikileaks, le groupe communiste du Sénat se réjouit de cette libération.

Le