Les sénateurs communistes n’iront pas voir Trump au défilé du 14 juillet

Les sénateurs communistes n’iront pas voir Trump au défilé du 14 juillet

Les sénateurs du groupe communiste, républicain et citoyen (CRC) ont annoncé mercredi qu'ils n'iraient pas "applaudir" le...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Les sénateurs du groupe communiste, républicain et citoyen (CRC) ont annoncé mercredi qu'ils n'iraient pas "applaudir" le président américain Donald Trump, invité par Emmanuel Macron à assister au défilé du 14 Juillet.

Les sénateurs CRC, "comme le veut la tradition, ont été conviés au défilé", écrivent-ils dans un communiqué. "Notre groupe n'ira pas, la présence du milliardaire de la Maison Blanche allant à l'encontre de toutes les valeurs portées par notre fête nationale", affirment-ils.

Se demandant si Emmanuel Macron a "oublié que le 14 Juillet, souvenir de la prise de la Bastille de 1789 et de la Fête de la Fédération de 1790, rend hommage à la Révolution et ses valeurs et aux principes des Lumières", ils ajoutent qu'"avec Donald Trump, la liberté est attaquée quand on érige des murs entre les hommes, l’égalité est mise à mal quand l'accès aux soins est menacé de destruction et la fraternité n'a plus cours quand on divise ses concitoyens et pratique la suspicion généralisée".

Ils rappellent par ailleurs "que l’une des premières décisions de Donald Trump a été de retirer les Etats-Unis de l'accord de Paris pourtant nécessaire pour lutter contre le réchauffement climatique".

"S'il ne s'agit pas de refuser les honneurs aux soldats américains qui ont payé un lourd tribut de leurs engagements de 1917 et 1941 et dont nous saluons la mémoire, nous refusons de cautionner l'opération de communication d'Emmanuel Macron, qui porte atteinte aux valeurs républicaines de la fête nationale", concluent les sénateurs CRC.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le