Limitation de vitesse : « Qui va payer ? Les contribuables » selon Philippe Dominati

Limitation de vitesse : « Qui va payer ? Les contribuables » selon Philippe Dominati

Au micro de « Sénat 360 », Philippe Dominati, sénateur (rattaché au groupe LR) de Paris, s’oppose à la décision prise par le gouvernement d’abaisser à 80km/h la vitesse, sur les routes secondaires.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Après l’annonce du gouvernement de la limitation de vitesse de 90 à 80km/h sur les routes secondaires à double sens, les réactions hostiles ne se sont pas fait attendre. Philippe Dominati, sénateur (rattaché au groupe LR) de Paris fait partie de ceux qui s’opposent à cette décision : « Ce n’est pas une mesure prise avec la concertation qui aurait dû être nécessaire ».  

Le sénateur de Paris regrette le « classicisme » de cette mesure : « Elle n’est en rien moderne (…) Il y aurait peut-être mieux valu trouver des solutions différenciées pour les automobilistes. J’aurais trouvé cela plus contemporain (…) plus adapté à la technologie d’aujourd’hui (…) Les véhicules d’aujourd’hui ne sont pas ceux d’il y a 20 ans. On sait que certains véhicules peuvent être bridés, d’une certaine manière. Il y a certaines zones géographiques qui peuvent être bridées. »

Le sénateur de Paris, regrette qu’il y ait « un coût » à cette mesure : « Qui va payer ? Le contribuable (…) Moi en tant que rapporteur spécial de la sécurité à la commission des finances du Sénat, je n’ai pas pu obtenir de moyens spécifiques pour nos forces de l’ordre, qui sont déjà débordées (…) Tout ça me semble un peu fait en dépit du bon sens. »

Avec cette mesure, certains élus de la ruralité estiment que leurs territoires risquent d’être encore plus enclavés : « Ils ont mille fois raison »  réagit Philippe Dominati. « Dans les zones rurales, mes collègues, évidemment, sont furieux. Ils disent que [ce sont] des mesures prises par quelqu’un qui n’a pas l’occasion d’utiliser son véhicule personnellement pour des raisons de travail. »  

Dans la même thématique

Limitation de vitesse : « Qui va payer ? Les contribuables » selon Philippe Dominati
3min

Politique

« La France aux abonnés absents le mois où tout se joue dans l’Union » selon l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau

Alors que la montée de l’extrême droite en Europe a été limitée aux élections européennes (quelques dizaines de sièges de gagnés pour les groupes de droite radicale sur les 720 du Parlement européen), le score du Rassemblement national et de Reconquête (37% des voix au total) en France représente un séisme politique en France mais aussi dans l’Union européenne. Le Premier ministre polonais et pro-européen Donald Tusk, malgré la victoire de son parti dimanche contre la droite ultraconservatrice du PiS (Droit et Justice), a fait part de « sa terrible tristesse » après l’annonce de la victoire de l’extrême droite en France.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le