Livreur décédé: Coquerel (LFI) dénonce des “dérives policières” couvertes par le gouvernement

Livreur décédé: Coquerel (LFI) dénonce des “dérives policières” couvertes par le gouvernement

Le député LFI Eric Coquerel a dénoncé mercredi "certaines dérives de certains policiers" après le décès d'un livreur mort à Paris...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le député LFI Eric Coquerel a dénoncé mercredi "certaines dérives de certains policiers" après le décès d'un livreur mort à Paris après un contrôle routier et a demandé au gouvernement de ne "plus couvrir automatiquement des violences policières".

"Je m'inquiète de certaines dérives de certains policiers qui sont couvertes par le gouvernement", a réagi sur Cnews le député de Seine-Saint-Denis.

"C'est quand même assez problématique dans ce pays, que quand quelqu'un se retrouve en arrêt cardiaque, il faille des vidéos de personnes qui ont été témoins pour comprendre qu'il s'est passé quelque chose d'anormal", a-t-il expliqué en critiquant "les premières réactions de la préfecture".

"Le gouvernement, son premier réflexe est de couvrir ce qui peut être des violences policières, c'est ça qui ne va pas en plus de l'utilisation de techniques et d'armes qui sont extrêmement dangereuses", a-t-il ajouté en mettant en cause le "plaquage létal, une pratique extrême dangereuse interdite dans plein de pays au monde".

"Il faut véritablement se rendre compte aujourd'hui qu'il y a un problème d'Etat de droit et que le gouvernement ne doit plus couvrir automatiquement des violences policières", a-t-il conclu.

"J'ai été bien sûr, comme tout le monde, choqué et horrifié" après ce décès, a commenté pour sa part le député LREM et candidat à la mairie de Paris Cédric Villani sur LCI, en réclamant des "compléments d'enquête".

Un livreur a trouvé la mort à Paris après un contrôle routier, victime d'une asphyxie avec fracture du larynx lors de son interpellation, selon les premiers résultats de l'autopsie mardi, dont le ministre de l'Intérieur reconnaît qu'elles "soulèvent des questions légitimes", les avocats de la famille dénonçant une "bavure policière".

Cédric Chouviat, 42 ans, a été victime d'un malaise cardiaque vendredi matin, aux abords de la Tour Eiffel, après avoir été plaqué au sol, casque sur la tête, par trois policiers, peu après un contrôle tendu, motivé selon une source policière par un usage du téléphone en conduisant son scooter.

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Livreur décédé: Coquerel (LFI) dénonce des “dérives policières” couvertes par le gouvernement
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le