Logement: Macron veut baisser en même temps les loyers des HLM et les APL

Logement: Macron veut baisser en même temps les loyers des HLM et les APL

Le gouvernement va demander aux acteurs du logement social d'"un peu baisser les loyers" et "en face on va baisser d'autant les...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le gouvernement va demander aux acteurs du logement social d'"un peu baisser les loyers" et "en face on va baisser d'autant les APL", les aides personnalisées au logement, a annoncé Emmanuel Macron, jugeant "croquignolesque" la situation actuelle.

Cette baisse leur sera demandée "au nom du fait que nous finançons le logement social", a-t-il poursuivi, lors d'une interview sur TF1.

"Ce qui est croquignolesque dans le monde où nous vivons c'est que nous finançons le logement social mais il augmente les loyers et nous finançons de l’autre côté les locataires les plus modestes par les APL. On dépense des deux côtés !", a-t-il critiqué.

"Dans le monde HLM, il y a des acteurs qui ont beaucoup d'argent" et "on va leur demander de faire un effort", a-t-il poursuivi.

Il a répété avoir "soutenu la décision" du gouvernement de baisser de 5 euros les APL cet automne car "il a procédé à des décisions difficiles d'économie sans augmenter les impôts" et "voulu tenir les engagements de ses prédécesseurs".

Emmanuel Macron a dénoncé une politique du logement "qui ne fonctionne pas" avec 40 milliards d'euros de dépenses publiques mais "4 millions de mal-logés". "Je veux des réformes ambitieuses" visant à "baisser le coût du logement" mais "la vraie réponse est de construire", a-t-il enchaîné.

Il a aussi indiqué sans autre détail que le gouvernement comptait recapitaliser certains organismes HLM "qui ont des publics beaucoup plus en difficulté" dans les quartiers défavorisés.

Dans la même thématique

Strasbourg : European Parliament session
6min

Politique

Européennes 2024 : que disent les derniers sondages sur les tendances ?

Jordan Bardella reste toujours loin devant, quand Valérie Hayer peine à contenir la dynamique de Raphaël Glucksmann. Le candidat PS/Place Publique talonne de plus en plus la liste de la majorité présidentielle. Manon Aubry pour LFI progresse un peu, quand François-Xavier Bellamy est plus ou moins stable.

Le