Loi immigration : « Il faut que Sacha Houlié se ressaisisse », demande François-Noël Buffet (LR)

Le président de la commission des lois du Sénat, François-Noël Buffet (LR), s’étonne que son homologue de l'Assemblée nationale décide ne pas voter le projet de loi immigration. « Ce texte est aussi le leur, c’est celui de leur majorité », tient-il à rappeler.
Guillaume Jacquot

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Adopté par 214 voix contre 114, le passage au Sénat du texte issu de la commission mixte paritaire sur le projet de loi immigration a été une formalité. La majorité de droite et du centre, qui a retrouvé ses principaux apports de première lecture, a confirmé son vote. La transmission de relais à l’Assemblée nationale, plus tard dans la soirée, ne sera pas sans douleurs. Plusieurs membres de la majorité présidentielle, dans l’aile gauche notamment, font savoir qu’ils refuseront de voter ce texte. Parmi eux : Sacha Houlié, le député Renaissance à la tête de la commission des lois.

« Il faut qu’il se ressaisisse », réagit son homologue LR au Sénat, François-Noël Buffet, qui était à ses côtés lors de la commission mixte paritaire. « Ce texte est aussi le leur, c’est celui de leur majorité, c’est celui que nous avons construit avec eux pendant la discussion pendant cette CMP. Donc il ne faut pas qu’il se laisse impressionner par la tentative de hold-up de Madame Le Pen. Assumons notre travail, assumons notre vision », appelle-t-il.

François-Noël Buffet n’est guère plus inquiet alors qu’une réunion de crise a été convoquée à l’Élysée, alors que des défections se multiplient dans la majorité. Le chef de l’État souhaite faire un point de situation avec sa Première ministre mais aussi les présidents de groupe et les chefs de partis de la majorité. « Ça ne me scandalise pas, je trouve ça plutôt normal », observe François-Noël Buffet.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le