Loi immigration : Olivier Faure dénonce le « renoncement par le Président à tous les principes qui ont fondé notre pays »

Invité de la matinale de Public Sénat, le premier secrétaire du Parti Socialiste et député de Seine-et-Marne Olivier Faure a attaqué le “renoncement” aux principes de la République, symbolisé par l’adoption la veille du projet de loi sur l’immigration. Il a notamment souligné le rôle d’Emmanuel Macron dans ce renoncement.
Camille Romano

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Il y aura un avant et un après le vote sur la loi immigration pour Olivier Faure. Le premier secrétaire du Parti Socialiste, invité de la matinale de Public Sénat mercredi 20 décembre, a qualifié de « basculement » la séquence politique de la veille, où le Parlement a finalement adopté le projet de loi sur l’immigration, conclusion d’un feuilleton politique pour le moins mouvementé.

« Basculement. Parce que ce qu’il s’est passé est très grave. C’est le renoncement par le président de la République à tous les principes qui ont fondé notre pays depuis la Révolution française. », a martelé Olivier Faure. Un basculement vers un horizon politique où le « barrage républicain » ne pourrait plus exister, ce même barrage républicain qui « a permis à Emmanuel Macron d’être élu à deux reprises Président de la République », comme le rappelle le député de Seine et Marne. « Il met fin à ce qui a été le consensus du Conseil National de la Résistance », a rajouté plus tard Olivier Faure.

« Ils ont baissé le pont-levis, et ils ont fait rentrer dans la loi tous les principes pour lesquels Jean-Marie Le Pen se battait depuis 40 ans », poursuit Olivier Faure. Reprenant l’expression employée depuis plusieurs jours par les cadres du Rassemblement National, le socialiste a qualifié l’adoption du texte sur l’immigration très à droite de « victoire idéologique du RN ».

Emmanuel Macron « ne peut plus être présenté comme un barrage à Marine Le Pen »

Interrogé sur le fait de savoir s’il revoterait pour Emmanuel Macron, Olivier Faure a admis ne pas regretter avoir « fait battre Marine Le Pen », mais plutôt d’avoir « été instrumentalisé par Emmanuel Macron ». « Il a dit lui, président de la République, candidat à l’époque, que ce vote l’obligeait et qu’il serait un barrage contre les idées de l’extrême droite. Que fait-il aujourd’hui ? Il adopte mot pour mot le programme du RN », a-t-il attaqué. « Quelqu’un qui applique le programme de Marine Le Pen et c’est le cas aujourd’hui, ne peut plus être présenté comme un barrage à Marine Le Pen. »

Alors que le chef de l’Etat doit prendre la parole dans la soirée à la télévision, Olivier Faure a affirmé « absolument rien attendre » de lui. « En revanche, lui, devrait prendre conscience de ce qu’il fait. Il a annoncé pour janvier une grande initiative qui devait rassembler tous les Français. Oui, il fait de l’unité. Quand on veut de l’unité, on commence par ne pas fracturer jour après jour son pays. Il l’a fait il y a moins d’un an sur les retraites, il le fait à nouveau aujourd’hui sur la loi immigration, il est temps qu’il soit le président de tous les Français ! », a-t-il conclu.

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Loi immigration : Olivier Faure dénonce le « renoncement par le Président à tous les principes qui ont fondé notre pays »
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le