Loi mobilités : « On se trouve avec une boîte à outils mais on n’a pas les moyens de les utiliser » déplore Olivier Jacquin

Loi mobilités : « On se trouve avec une boîte à outils mais on n’a pas les moyens de les utiliser » déplore Olivier Jacquin

Olivier Jacquin, sénateur socialiste de la Meurthe-et-Moselle, s’exprime sur la loi mobilités, en discussion au Sénat à partir du mois de mars.
Public Sénat

Par Marion D'Hondt

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Olivier Jacquin est « inquiet face au manque de financement ». Le sénateur « s’attendait à une loi au champ vaste, avec des perspectives de financement intéressantes ». Or, déclare-t-il, « on se trouve avec une boîte à outils qu’on n’a pas les moyens d’utiliser ».

Sur la passe d’armes entre Élisabeth Borne et Hervé Maurey (voir notre article), le sénateur soutient son collègue centriste.

Il rappelle l’audition de Christophe Béchu, Président de l'Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF), qui « ne sait pas comment il bouclera le budget 2019 ».

Pour Olivier Jacquin, il est impensable que les infrastructures soient financées « par de la cavalerie, avec des amendes [des radars] ». Il trouve que c’est « pathétique » et « une catastrophe ».

Olivier Jacquin prend exemple sur « le système suédois de fiscalité verte ». Il est « pour une fiscalité verte qui soit juste ». Pour lui, « pas question que l’avion ne soit pas taxé [quand] une aide à domicile qui roule au diesel peut l’être ».

Pour le sénateur, la fiscalité verte « peut être financée », si on se pose « la question la cohérence ». Il n’est pas possible de « baisser la fiscalité sur certains publics » et « venir pleurer qu’il n’y a pas assez de financements ».

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le