Loi travail: Peillon veut revoir des dispositions, sans l’abroger

Loi travail: Peillon veut revoir des dispositions, sans l’abroger

L'ancien ministre de l'Education Vincent Peillon, candidat à la primaire du PS, a dit vendredi vouloir revoir des dispositions de...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

L'ancien ministre de l'Education Vincent Peillon, candidat à la primaire du PS, a dit vendredi vouloir revoir des dispositions de la loi El Khomri "qui posent problème", sans l'abroger comme le propose son concurrent Benoît Hamon.

"Il faudra non pas, comme je l'ai entendu, l'abroger, il faudra regarder un certain nombre de dispositions qui ont posé problème et à mes yeux posent problème", a déclaré le candidat à la primaire de la gauche sur BFMTV.

L'ex-ministre est toutefois resté vague sur les mesures qu'il souhaite reviser.

"Il y avait la question de la hiérarchie des normes, dont on reparlera dans les semaines qui viennent (...) mais je pense qu'il y a d'autres aspects de la loi qui méritent d'être discutés", a-t-il déclaré.

Quant à la loi Macron, autre loi qui a divisé la gauche durant le quinquennat, pour M. Peillon "elle ne m'a pas semblé véritablement faire de grandes avancées". Il a ainsi jugé que son volet concernant les cars "n'a pas été quelque chose de très efficace".

"Je ne suis pas opposé par nature à ce qu'on recherche l'efficacité économique mais il ne m'a pas semblé que c'était ce qui se produisait", a-t-il dit, sans toutefois donner de signe qu'il pourrait revenir sur le texte élaboré par l'ancien ministre de l'Economie et candidat à la présidentielle.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Loi travail: Peillon veut revoir des dispositions, sans l’abroger
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le