Loto du patrimoine : « On m’envoie au combat et on me tire une balle dans le dos ! » dénonce Stéphane Bern

Loto du patrimoine : « On m’envoie au combat et on me tire une balle dans le dos ! » dénonce Stéphane Bern

C’est un nouveau coup de gueule de l’animateur télé. Il dénonce auprès de publicsenat.fr la décision du gouvernement d’annuler 25 millions d’euros de crédits pour le patrimoine. « On me saborde » déplore Stéphane Bern. Celui qui est chargé du loto du patrimoine a appelé Emmanuel Macron, qui n’était « pas au courant ».
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Comme une impression de déjà-vu. Il ne souhaitait pas forcément s’exprimer. Mais Stéphane Bern prend la parole pour défendre son loto du patrimoine.

L’an dernier, c’est la taxation de ce loto, finalement maintenue mais compensée à hauteur de 21 millions d’euros, qui l’avait poussé à un coup de gueule. Cette année, c’est un « tour de passe-passe » budgétaire, selon les mots du président PS de la commission des finances du Sénat, Vincent Eblé, qui l’amène à s’exprimer.

« Une escroquerie », dénoncent les sénateurs

Dans le projet de loi de finances rectificative 2019, examiné ce lundi 18 novembre, en fin de journée, par la Haute assemblée, le gouvernement a décidé d’annuler discrètement 25 millions d’euros de crédits alloués au patrimoine. Soit un peu plus que les 22 millions d’euros qu’a rapportés le loto du patrimoine à la Fondation du patrimoine en 2018 (voir notre article pour plus de détails). « Une escroquerie », dénonce le rapporteur LR du budget au Sénat, Albéric de Montgolfier.

S’il « reste calme », en réalité, Stéphane Bern apprécie peu « ce choix budgétaire de Bercy ». Le gouvernement profiterait ainsi de la générosité des Français pour faire autant d’économies. Un choix qui, s’il se confirme, pourrait bien risquer de décourager les Français de jouer au loto du patrimoine. « On me saborde. On m’envoie au combat et on me tire une balle dans le dos ! » déplore Stéphane Bern, interrogé par publicsenat.fr.

« J’ai informé le chef de l’Etat. Il n’était pas au courant »

En se voyant confier, en mai 2018, par Emmanuel Macron, cette loterie en faveur de la préservation du patrimoine, l’animateur télé et radio n’imaginait sûrement pas monter ainsi au créneau. Face à cette nouvelle mauvaise surprise, Stéphane Bern a décidé d’en parler « à qui de droit ». Pas le ministre de la Culture, Franck Riester. Mais directement à Emmanuel Macron. « J’ai informé le chef de l’Etat, auprès de qui j’avais obtenu un arbitrage favorable l’an dernier. Il n’était pas au courant » affirme l’animateur télé.

« Je compte bien obtenir le même arbitrage cette année. Je ferai en sorte que soit la compensation des taxes soit pérennisée, soit je demande définitivement l’abrogation de ces taxes sur le loto du patrimoine » explique Stéphane Bern, bien décidé à ne pas lâcher l’affaire. Il espère que sa prise de parole fera bouger les choses, pendant qu’il en est encore temps. Précision utile du présentateur : « Le Président m’a dit qu’il allait s’en occuper ». Reste à voir pour quel résultat.

Pour l’heure, Stéphane Bern garde ce nouveau coup au travers de la gorge. « Il ne faut pas me prendre comme ça à rebrousse-poil », prévient-il, « je défends le patrimoine. C’est l’une des rares industries qui marche, qui n’est pas délocalisable et nourrit, directement et indirectement, 500.000 personnes en France ». De quoi peut-être faire changer d’avis l’exécutif… ou pas. Lundi, en fin de journée, les sénateurs sont revenus sur cette décision et ont rétabli les 25 millions d’euros de crédits pour le patrimoine. Une décision prise contre l’avis du gouvernement (voir notre article sur le sujet).

En séance, le secrétaire d'Etat Olivier Dussopt a assuré que ce parallélisme n’était que « le fruit du hasard ». « Il n’y a aucune volonté du gouvernement de substituer l’un à l’autre » selon le membre du gouvernement. Il soutient qu’« aucun projet pour lequel l’Etat s’est engagé à un financement n’est remis en cause ». Les députés, qui ont le dernier mot, pourront revenir sur le vote du Sénat, lors du retour du texte à l’Assemblée nationale.

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le

Mairie de Paris, Jeux Olympiques 2024
4min

Politique

JO 2024 : les agents de sécurité privée vont-ils faire défaut ?

A trois mois des Jeux Olympiques, des incertitudes planent sur le nombre d’agents de sécurité privée mobilisés. Le préfet de police de Paris, Laurent Nunez indique « ne pas être inquiet pour l’instant ». Du côté des professionnels du secteur, on évalue un manque de 8 000 agents sur 40 000 nécessaires.

Le