LR: Wauquiez prêt à un débat devant les militants mais pas à la TV

LR: Wauquiez prêt à un débat devant les militants mais pas à la TV

Laurent Wauquiez, favori de l'élection à la présidence des Républicains, s'est dit prêt vendredi soir à un débat entre les...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Laurent Wauquiez, favori de l'élection à la présidence des Républicains, s'est dit prêt vendredi soir à un débat entre les candidats "devant les militants", mais pas à la télévision comme le réclament ses deux concurrents Florence Portelli et Maël de Calan.

"Quelles que soient les précautions que nous pourrions prendre, un débat organisé sur un plateau de télévision aura pour principale finalité d’exacerber artificiellement nos différences et d’étaler nos divisions", écrit Laurent Wauquiez dans un courrier à ses deux rivaux à qui il souhaite "une belle campagne".

"Ne créons pas de nouvelles cicatrices inutiles dans une famille déjà profondément marquée et blessée", ajoute-t-il.

M. Wauquiez pense qu’il serait "davantage légitime et utile que nous débattions avec ceux qui sont directement concernés par cette élection : nos adhérents".

Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes propose que "dans le cadre d’un meeting militant et populaire, nous organisions un débat devant et avec nos militants". "Nous pourrions demander que cette réunion publique soit retransmise sur le site internet de notre mouvement", suggère-t-il.

M. Wauquiez n'a cependant pas convaincu ses concurrents.

"Organiser un débat devant quelques centaines de personnes dans le huis-clos d'une salle parisienne, c'est priver de débat une grande majorité des adhérents", a répondu dans un communiqué Florence Portelli, ex-porte-parole de François Fillon.

"C'est aussi et surtout donner l'image d'un parti replié sur lui-même, qui a peur de s'ouvrir aux Français (...) Ayons donc le courage d'organiser un débat digne et fair-play", écrit la maire de Taverny (Val d'Oise).

Les débats organisés à l'occasion des primaires "ont d'ailleurs été exemplaires et ont convaincu plus de 4 millions de Français de faire confiance à notre famille politique", souligne-t-elle.

De son côté, Maël de Calan, s'il "prend acte et se félicite de la volonté de Laurent Wauquiez de participer à un débat", estime que la proposition du favori de tenir cet échange "à huis clos, devant quelques dizaines de militants triés sur le volet, n'est pas de nature à faire vivre le débat démocratique au sein des Républicains".

"Pourquoi se cacher pour exposer nos idées pour la France ? Notre famille politique a un socle idéologique suffisamment large pour que chacun exprime ses différences et sa diversité de pensée. Il faut être fier de nos convictions et de nos valeurs afin de reconquérir l'envie des français de voter pour nous", souligne ce proche d'Alain Juppé dans un communiqué.

L'élection se déroulera par vote électronique le 10 décembre, avec un second tour, le cas échéant, le 17.

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le