LR: Wauquiez reproche à Calmels sa “démarche personnelle”

LR: Wauquiez reproche à Calmels sa “démarche personnelle”

Le président des Républicains (LR), Laurent Wauquiez, a reproché mardi sa "démarche personnelle" à sa n°2 Virginie Calmels.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le président des Républicains (LR), Laurent Wauquiez, a reproché mardi sa "démarche personnelle" à sa n°2 Virginie Calmels, après les critiques de l'élue bordelaise sur la gouvernance au sommet du parti.

Selon des participants, M. Wauquiez a reproché mardi matin, lors d'une réunion de direction du parti, à Mme Calmels de mener une "démarche personnelle", "sous couvert de sincérité", qu'il a opposée à la "démarche collective" nécessaire pour "remettre la droite en ordre de marche".

Le président de LR avait déjà publiquement rappelé à l'ordre sa N.2 ce week-end, après que celle-ci eut jugé "anxiogène" le tract intitulé "Pour que la France reste la France", distribué au sein des fédérations LR ce week-end lors d'une opération de mobilisation.

Mme Calmels avait également indiqué ne pas avoir "validé" ce tract et évoqué un "dysfonctionnement" de méthode.

Lors de cette réunion de direction au siège du parti, la première adjointe d'Alain Juppé a réitéré ses arguments mais était "très isolée", selon ces mêmes sources.

Mme Calmels a notamment dit qu'il fallait que le parti se "remette en cause", notamment eu égard au "nombre de fédérations qui n'ont pas tracté" ce document.

Le député Eric Ciotti lui a notamment déclaré que Laurent Wauquiez avait été élu "sur une ligne claire", tandis qu'elle avait été "nommée", et a évalué à "0,1%" sa part dans le succès du président du parti lors de l'élection interne (74,64%).

Outre M. Ciotti, plusieurs dirigeants ont pris la parole, notamment le président du Conseil national de LR Jean Leonetti, la secrétaire générale Annie Genevard, le 3e vice-président Damien Abad, les députés Virginie Duby-Muller, Fabien Di Filippo et Eric Ciotti.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le