Lutte contre le terrorisme : les contours de la task force ont été précisés

Lutte contre le terrorisme : les contours de la task force ont été précisés

A l’issue de Conseil des ministres, qui s’est tenu peu après le Conseil de défense, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a précisé les contours de la « task force » qu’Emmanuel Macron s’était engagé à créer lors de sa campagne présidentielle.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

La lutte contre le terrorisme est « un sujet de préoccupation constante, permanente » pour l’exécutif, a tenu à rappeler Christophe Castaner. Mesure phare du programme d’Emmanuel Macron, la création d’une « task force » est désormais actée.  Validée en Conseil de défense ce mercredi matin puis évoquée en Conseil des ministres, elle portera le nom de « centre national du contre-terrorisme » et sera placée au sein de la Coordination nationale du renseignement (CNR), une structure déjà existante.

Ce nouvel organisme sera directement relié au Président de la République et sa mission sera d’assurer « le pilotage stratégique des services de renseignements » a-t-on appris de l’Elysée ce matin. Le centre national du contre-terrorisme s’inscrit dans une « stratégie globale d’action, de coordination », a précisé le porte-parole du gouvernement.

À sa tête, Pierre de Bousquet de Florian, ex-numéro 1 de la DST, qui entrera en fonction le 21 juin prochain. Christophe Castaner a également précisé les noms du nouveau directeur de la DGSE et de celui de la DGSI, respectivement Laurent Nunez et Bernard Emié. « Ces trois nominations concomitantes sont un choix stratégique » a-t-il ajouté.

Dans la même thématique

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le