Macron a “fait le choix” de son Premier ministre “dans sa tête”

Macron a “fait le choix” de son Premier ministre “dans sa tête”

Emmanuel Macron a annoncé vendredi qu'il avait "fait le choix" de son Premier ministre "in petto" (en secret, ndlr) et qu'il serait "annoncé...
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Emmanuel Macron a annoncé vendredi qu'il avait "fait le choix" de son Premier ministre "in petto" (en secret, ndlr) et qu'il serait "annoncé après la passation de pouvoir" s'il est élu.

Comme on lui demandait s'il avait choisi son futur Premier ministre, le candidat d'En Marche! a répondu sur Europe 1: "Oui, ce choix est fait in petto". Mais M. Macron ne le lui a pas encore annoncé, "puisque c'est dans ma tête".

"Si je suis élu, je travaillerai sur la finalisation d'un gouvernement la semaine prochaine". Mais le Premier ministre "sera annoncé après la passation de pouvoir. Je ne l'annoncerai pas avant", a-t-il dit, refusant de "jouer au jeu des devinettes".

S'il est élu, son Premier ministre "sera à l'image des engagements que j'ai pris, du portrait chinois que j'ai pu faire". Cette personne "aura une expérience dans le champ politique, les compétences pour diriger une majorité parlementaire".

La spectaculaire ascension d'Emmanuel Macron
Emmanuel Macron à Paris le 3 mai 2017
AFP

Au sujet de son allié centriste François Bayrou, Emmanuel Macron a confirmé qu'il "aura un rôle important dans le projet gouvernemental et politique".

"C'est le Premier ministre" qui mènera la campagne des législatives, a ajouté le candidat d'En Marche!. Il souhaite conserver ce chef de gouvernement "aussi longtemps que possible" car "on fait rarement confiance de manière limitée".

M. Macron avait, début mars, indiqué avoir "plutôt" le "souhait" de nommer une femme à Matignon.

Le fondateur d'En Marche! a par ailleurs annoncé que "toutes les investitures" pour les élections législatives "se tiendront la semaine prochaine".

"Je n'aurai pas d'état de grâce, je ne pourrai pas présider comme on préside depuis 1958", a par ailleurs déclaré M. Macron.

Sur RTL, Emmanuel Macron a réaffirmé qu'il ne cèderait à aucune "pression", ne se livrerait à aucune "cabriole" avec son programme et ne retirerait pas son projet de réformer le code du travail par ordonnances, comme le lui a demandé Jean-Luc Mélenchon.

"Est-ce que cette voix qui est contre la loi Travail, qui est contre toute réforme du marché du travail, du dialogue social est majoritaire dans le pays ? Non. Sinon elle aurait placé son candidat en tête du premier tour et il serait au deuxième tour face à moi, ou à ma place. C'est la démocratie", a déclaré M. Macron sur RTL.

"Si je cédais à ces pressions de part et d'autre, je dirais, pour aller draguer les électeurs de François Fillon +finalement je vais revenir sur le mariage pour tous+, pour aller draguer les électeurs de Jean-Luc Mélenchon +je vais pas faire la réforme du marché du travail+", a-t-il lancé. "A la fin des fins, je trahis qui ? Les 24% de Français qui m'ont mis en tête du premier tour", a répondu le candidat d'En Marche!

"Vous m'avez suffisamment dit pendant des mois +vous n'avez pas de projet+ pour me demander maintenant de faire une cabriole", a-t-il ajouté. "Si déjà aujourd'hui, dès qu'il y a la moindre brise, je commence à décider de me tordre et de me contorsionner, on ne va pas être servi pendant cinq ans", a dit M. Macron.

L'ancien ministre a répondu à l'interpellation, dans Le Monde, du journaliste et candidat aux législatives François Ruffin, qui écrit que le favori du second tour est "haï" dans le pays et qu'il aura une "légitimité fragile" s'il accède à l'Elysée. "François Ruffin est un militant politique, il est candidat de la France insoumise, il n'est pas derrière moi. Ne vous laissez pas intimider par les militants politiques venant des extrêmes", a dit M. Macron.

En matière d'"empathie, je n'ai pas de leçons à recevoir", a-t-il affirmé. "Je ne suis pas quelqu'un dans l'insensibilité. Je suis un homme d'écoute et de rassemblement", a dit M. Macron.

Dans la même thématique

Paris: Francois-Xavier Bellamy during a press conference
12min

Politique

Européennes : un rapprochement entre LR et le groupe d’extrême droite ECR est-il envisageable au Parlement européen ?

Alors que le compromis est la règle en Europe, la tête de liste LR aux européennes assume de voter « très souvent » au Parlement européen avec des « collègues du groupe ECR », l’un des deux groupes d’extrême droite, où siège le parti de Giorgia Meloni. La première ministre italienne pourrait se retrouver au centre des discussions au lendemain du scrutin. Au sein des LR, la prudence reste de mise, mais certains, comme Julien Aubert, vice-président du parti, plaident pour « s’allier avec ECR ».

Le

FRA – EMMANUEL MACRON – MARINE LEPEN – RN – ELYSEE
7min

Politique

Débat Macron-Le Pen sur les européennes : « S’il avait lieu, ça commencerait à poser un sérieux problème démocratique », analyse Bruno Cautrès 

A deux semaines du scrutin des européennes, Emmanuel Macron a déclaré être « prêt à débattre maintenant » avec Marine Le Pen. Alors que la liste de la majorité présidentielle, menée par Valérie Hayer, se fait largement distancer par celle de Jordan Bardella, le principe de la confrontation arrange-t-il les deux camps ? Quels sont les enjeux d’un tel débat ? Décryptage.

Le

Paris: EELV lancement campagne elections europeennes
7min

Politique

Européennes 2024 : que contient le programme des Écologistes ?

A moins de deux semaines du scrutin, les sondages sont de moins en moins favorables au parti écologiste qui pourrait ne pas atteindre le seuil des 5 %. Au long d’un programme détaillé, Marie Toussaint dévoile une vision globale du futur de l’Union européenne en mettant l’accent sur la « bifurcation sociale et écologique ».

Le