Macron a le “souhait” d’une femme Premier ministre

Macron a le “souhait” d’une femme Premier ministre

Emmanuel Macron, candidat à l'élection présidentielle, a "plutôt" le "souhait" de nommer une femme Premier ministre s'il est élu...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Emmanuel Macron, candidat à l'élection présidentielle, a "plutôt" le "souhait" de nommer une femme Premier ministre s'il est élu en mai prochain, a-t-il déclaré mercredi soir.

"Pour être honnête, c'est trop facile de le dire ce soir mais j'en ai parlé avec d'autres, à commencer par des hommes, et c'est plutôt mon souhait", a déclaré le président d'En Marche, interrogé sur sa volonté de nommer une femme à Matignon par un participant à une réunion publique à Paris.

"Il n'y a eu qu'une expérience en France, quelqu'un de remarquable, Edith Cresson, dont la vie n'a pas été facilitée parce que le contexte politique était très dur", a-t-il poursuivi.

"Après, je ne vais pas choisir un Premier ministre parce que c'est une femme. Je choisirai le Premier ministre le plus compétent, le plus capable possible, avec le souhait et la volonté que ce soit aussi une femme", a-t-il précisé lors de ce rassemblement organisé dans le cadre de la Journée des droits des femmes, au Théâtre Antoine.

"Je ne révèlerai pas les noms", a encore indiqué M. Macron, que plusieurs sondages donnent qualifié pour le deuxième tour de l'élection présidentielle face à Marine Le Pen.

"Ca dépend d'une réflexion grave, qui dépend aussi des conditions de l'élection, ça dépend du contexte dans lequel on est élu", a-t-il souligné.

En se définissant comme "le candidat féministe", M. Macron en a détaillé les raisons, affirmant que cela était "extraordinairement cohérent avec les valeurs" que son parti portait.

"C'est pour le renouvellement, pour que la société respire, que ce ne soient pas tout le temps les mêmes et la reproduction des mêmes", a-t-il poursuivi en évoquant la "bataille" de "l'émancipation".

"Si nous ne sommes pas vigilants, exigeants, on va investir 70% d'hommes aux législatives et on aura des femmes-prétexte, formidablement décoratives", a plaidé celui qui prône la parité exacte pour les investitures dans les circonscriptions.

"C'est aussi une question de lucidité", a-t-il affirmé.

"Moi-même j'ai plutôt travaillé dans des milieux où les femmes sont peu présentes: la haute fonction publique, la banque d'affaires, la vie politique. Assez rapidement, on s'aperçoit qu'on est bête dans l'entre-soi", a souligné l'ancien inspecteur des finances en évoquant "une perte de vitalité, de l'énergie qui est dans notre société".

Enfin, M. Macron a évoqué une motivation plus "philosophique".

"Je crois dans l'altérité. La vraie altérité pour un homme c'est la femme. (...) Je suis profondément féministe car j'aime ce qui a d'irréductible dans l'autre qu'est la femme", a insisté l'ancien ministre de l'Economie.

Par ailleurs, M. Macron a rendu hommage à son épouse Brigitte qu'il a fait monter sur scène, dénonçant au passage "l'hypocrisie" autour du statut de "la femme ou de l'homme qui accompagne celui ou celle qui est en campagne".

"On fait comme si celui ou celle qui va à l'élection ne partage sa vie avec personne. Parfois c'est vrai, parfois il ou elle la partage avec beaucoup d'autres", a-t-il plaisanté.

"Je lui dois énormément car elle a contribué à faire qui je suis", a-t-il déclaré.

"La vie politique est très violente pour l'entourage en particulier, et on ne le fait jamais seul. Les plaisirs narcissiques sont souvent solitaires mais les difficultés on les partage toujours, les blessures on les vit ensemble", a-t-il relevé.

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le