Macron a une conception  « impériale » du pouvoir  selon Longuet

Macron a une conception « impériale » du pouvoir selon Longuet

Au micro de « Sénat 360 », le sénateur (LR) de la Meuse, Gérard Longuet juge le bilan du président Macron « nuancé » mais estime qu’Emmanuel Macron a « une conception très napoléonienne » du pouvoir.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Mardi 7 novembre marquera les six mois d’Emmanuel Macron à la présidence de la France. L’occasion de faire le bilan. Pour Gérard Longuet le sénateur (LR) de la Meuse, il s’agit d’un « bilan nuancé » : « Incontestablement, [C’est] un président qui agit mais qui a ses têtes de Turcs : les retraités, les collectivités locales par exemple. Et qui entretient le flou. »

À la question de savoir si Emmanuel Macron fait de la politique autrement, l’ancien ministre de la Défense glisse : « Il en fait tout seul. En fait, il bénéficie complètement des institutions de la Ve République et du calendrier qui fait que la législative n’est qu’une conséquence de la présidentielle. Et il désigne tout : son gouvernement, c’est normal, le leader de son parti politique [ Christophe Castañer NDLR], qui est choisi à l’Élysée. Ce qui est, en effet, une conception très napoléonienne - je ne dirais même pas bonapartiste - impériale du pouvoir ».

Dans la même thématique

Macron a une conception  « impériale » du pouvoir  selon Longuet
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le