Macron accorde à une détenue de 73 ans sa première grâce présidentielle

Macron accorde à une détenue de 73 ans sa première grâce présidentielle

Emmanuel Macron a accordé sa première grâce présidentielle à une détenue de 73 ans, condamnée en 1988 à perpétuité pour meurtre,...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Emmanuel Macron a accordé sa première grâce présidentielle à une détenue de 73 ans, condamnée en 1988 à perpétuité pour meurtre, dont il a commué la peine en 20 ans de réclusion, a indiqué l'Elysée, confirmant une information du JDD.

Cet ex-prostituée, originaire de Guadeloupe, incarcérée depuis 30 ans pour le meurtre d'un de ses clients, est depuis 1997 incarcérée en milieu hospitalier à Rennes avec un régime de détention très sévère.

C'est pourquoi son avocate, la contrôleure générale des lieux de privations de liberté, Adeline Hazan, et plusieurs députés avaient demandé une grâce au président.

Le président de la République a commué sa peine en 20 ans de réclusion, applicable à partir de la signature du décret vendredi.

Cette commutation permettra un allègement de ses conditions de détention, comme la participation à des activités avec d'autres détenus ou des sorties surveillées, explique l'Elysée, évoquant une décision "humanitaire" pour cette détenue qui souffre de graves problèmes psychiatriques.

Les grâces présidentielles, décidées "pour des situations inacceptables ou humanitairement difficiles" selon l'Elysée, sont de moins en moins utilisées en France, la dernière en date étant celle de Jacqueline Sauvage par François Hollande fin 2016.

Deux ont été décidées en 2016, 5 en 2015 et aucune en 2014, contre une centaine par an au début des années 2000 et jusqu'à 500 au début des années 1990, en raison des grâces collectives supprimées ensuite par Nicolas Sarkozy en 2008.

Ces décisions ne sont pas publiées au Journal officiel et donc pas nécessairement publiques.

Dans la même thématique

France Politics
6min

Politique

Emmanuel Macron s’apprête à accepter la démission de Gabriel Attal et de son gouvernement

Plus d’une semaine après le second tour des législatives anticipées, le chef de l’Etat devrait accepter d’ici la fin de journée la démission de son Premier ministre et du gouvernement. Néanmoins, l’exécutif pourrait rester en place plusieurs semaines pour gérer les affaires courantes, du moins jusqu’à ce qu’une majorité en mesure de gouverner ne parvienne à se forme à l’Assemblée nationale.

Le

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le