Macron au contact de “la Nouvelle-Calédonie d’aujourd’hui”

Macron au contact de “la Nouvelle-Calédonie d’aujourd’hui”

Bains de foule dans un quartier populaire, visite d'un lycée et échange avec des élèves... Emmanuel Macron a voulu vendredi parler de "la...
Public Sénat

Par Cécile AZZARO

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Bains de foule dans un quartier populaire, visite d'un lycée et échange avec des élèves... Emmanuel Macron a voulu vendredi parler de "la Nouvelle-Calédonie d'aujourd'hui", alors qu'une marche bleu-blanc-rouge des non-indépendantistes a rassemblé plusieurs milliers de personnes à Nouméa.

Quelque 4.000 personnes selon la police, plus du double selon les organisateurs, ont manifesté dans les rues de Nouméa pour défendre la Nouvelle-Calédonie française et dénoncer une visite présidentielle trop orientée vers l'identité kanak à leur goût.

Le chef de l'Etat a, lui, choisi lui cette journée pour aller à la rencontre de "la Nouvelle-Calédonie d'aujourd'hui", notamment en se rendant dans le quartier populaire de Montravel, au nord de Nouméa, où il a parlé avec une population souvent enthousiaste, mais parfois aussi très critique.

Cerné d'une nuée d'enfants et assailli par des demandes de selfies et d'embrassades de la part d'une population sensible à sa venue dans un quartier confronté à une importante délinquance, Emmanuel Macron a notamment dû essuyer des reproches sur sa visite controversée samedi à Ouvéa, pour les 30 ans de l'assaut meurtrier contre la grotte où des indépendantistes retenaient des gendarmes en otages.

Un homme originaire de l'île a trouvé "gonflé" qu'il se rende sur place le jour anniversaire de l'assaut, une femme lui a demandé "de ne pas aller" sur place "pour respecter la décision des familles qui ne sont pas prêtes à vous recevoir" et par crainte de débordements.

Dans ce quartier dit de "reconquête républicaine" au nord de Nouméa, le chef de l'Etat a évoqué avec police et gendarmerie les enjeux du dispositif expérimental de la police de sécurité du quotidien (PSQ).

La Nouvelle-Calédonie
Fiche et chronologie sur la Nouvelle-Calédonie
AFP

Il avait commencé la journée par une séquence axée sur l'éducation, en se rendant à 280 km de Nouméa, dans la province nord (47.000 habitants), dirigée par Paul Néaoutyine, chef de file de l'UNI-Palika (Union nationale pour l'indépendance).

Après avoir rencontré les élus, il a visité le lycée agricole et général Michel Rocard, à Pouembout, dont la création et l'implantation dans le nord résultent des accords de Matignon de 1988, et symbolise la réconciliation entre les communautés.

Là encore entre bains de foule et selfies, le chef de l'Etat a pris le temps de longuement discuter avec enseignants et élèves.

- Dans les pas de Michel Rocard -

Le président Emmanuel Macron rencontre les habitants du quartier populaire de Montravel, le 4 mai 2018 à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie
Le président Emmanuel Macron rencontre les habitants du quartier populaire de Montravel, le 4 mai 2018 à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie
AFP

Interrogé sur Michel Rocard, acteur des accords de Matignon, il a salué le "combat politique qu'il avait mené, quelques semaines après Ouvéa. Il avait patiemment retissé le fil d'une Histoire républicaine", a-t-il dit.

"Il fait partie de ceux qui m'ont beaucoup appris et à qui je dois beaucoup, mais le moment est différent, il ne s'agirait pas de répéter ce qui a été fait. (...) C'est pour moi important de faire ce clin d'oeil à l'Histoire et de mettre une part de mon action, de mes pas, dans ceux qu'il avait pu mener".

Vendredi soir, une séquence plus internationale, liée à la problématique du changement climatique, s'est tenue au siège de la Communauté du Pacifique, à Nouméa, où le chef de l’Etat a participé au dîner de clôture avec les chefs d’Etat et de gouvernement des diverses îles et territoires de cette région particulièrement menacée.

Emmanuel Macron est toutefois surtout attendu samedi sur la partie mémorielle de son séjour. Outre son déplacement à Ouvéa, il remettra symboliquement au gouvernement calédonien l'acte de prise de possession de la Nouvelle-Calédonie "au nom de la France et de l'empereur" Napoléon III, datant de 1853.

Il terminera par un "grand discours" au Théâtre de l'Ile, durant lequel il devrait évoquer les enjeux du référendum sur l'indépendance du 4 novembre, avant de regagner la métropole.

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le