Macron au Royaume-Uni pour un nouveau traité sur la question des migrants

Macron au Royaume-Uni pour un nouveau traité sur la question des migrants

Le président français Emmanuel Macron sera au Royaume-Uni jeudi pour un sommet avec la Première ministre Theresa May, avec...
Public Sénat

Par Antoine POLLEZ

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Le président français Emmanuel Macron sera au Royaume-Uni jeudi pour un sommet avec la Première ministre Theresa May, avec laquelle il doit signer un nouveau traité sur la question des migrants souhaitant traverser la Manche.

Après un déjeuner privé, les deux dirigeants se rendront à Sandhurst, au sud-ouest de Londres. Ils aborderont également des questions relatives à la défense, l'environnement et l'éducation, a annoncé le gouvernement britannique.

Selon l’Élysée, ils signeront un "nouveau traité qui complétera les accords du Touquet", en vigueur depuis 2004. Ces accords ont fixé la frontière britannique à Calais, ville d'entrée dans le tunnel sous la Manche, où depuis dix ans viennent s'échouer des milliers de migrants cherchant à rejoindre le Royaume-Uni.

Lors d'un déplacement à Calais mardi, Emmanuel Macron avait prévenu que l'Etat "ne laissera pas se reconstituer une +jungle+" comme celle qui a rassemblé jusqu'à 8.000 migrants avant d'être démantelée en 2016.

Pour ce faire, il compte exiger du Royaume-Uni une meilleure prise en charge des mineurs isolés étrangers (MIE), ainsi qu'un renforcement des contributions britanniques financière et policière à Calais.

Sur les quelque 2.000 mineurs pris en charge après le démantèlement de la "Jungle", le Royaume-Uni, qui s'était engagé à accueillir tous les enfants isolés ayant de la famille sur place et à étudier les dossiers des mineurs "vulnérables", en a finalement accueilli 769, selon les chiffres du ministère britannique de l'Intérieur. L'ONG France Terre d'Asile, elle, évoque 893 mineurs acceptés.

A Londres, un porte-parole du gouvernement a reconnu que les accords du Touquet étaient "très bénéfiques au Royaume-Uni". "S'il y a des demandes d'aides, nous les examinerons", a-t-il ajouté.

- Coopération militaire renforcée -

Le sommet comportera également un large aspect défense. Le gouvernement britannique a annoncé mercredi l'envoi de trois hélicoptères de la Royal Air Force pour épauler les forces françaises dans la région du Sahel, ainsi qu'un renforcement de l'aide financière versée à la région.

Parallèlement, la France a accepté d'engager des troupes en 2019 dans le groupement de combat de l'Otan, situé en Estonie et dirigé par le Royaume-Uni.

Ce déploiement vise à renforcer la "dissuasion face à l'affirmation croissante de la Russie", a précisé Downing Street.

Theresa May et Emmanuel Macron annonceront aussi des projets communs en matière de missiles, de détection sous-marine et réaffirmeront le projet de drone de combat franco-britannique FCAS (Système de combat aérien du futur), a précisé l'Elysée.

En amont du sommet, des représentants des cinq services de renseignement des deux pays (DGSE et DGSI pour la France, services secrets, services de sécurité et quartier général des communications pour le Royaume-Uni) se sont rencontrés en même temps pour la première fois.

Évoquant les récents attentats perpétrés en Europe, un porte-parole du gouvernement britannique a annoncé un renforcement "de la coopération en matière de sécurité et de justice pénale", dans le prolongement du plan signé par les deux pays en juin 2017 sur la surveillance de l'activité terroriste en ligne.

Sur le plan culturel, les deux dirigeants annonceront un programme d'échanges d’œuvres d'art.

Un prêt de la célèbre Tapisserie de Bayeux, chef d’œuvre relatant l'invasion de l'Angleterre par le duc de Normandie Guillaume le Conquérant, est d'ores et déjà envisagé.

"Ce ne sera pas avant 2020 car c'est un objet patrimonial extrêmement fragile, qui fera l'objet de travaux de restauration très importants" avant tout transport, a néanmoins annoncé l'entourage d'Emmanuel Macron.

"C'est très significatif que la tapisserie vienne au Royaume-Uni et que les gens puisse la voir", s'est réjouie Theresa May. "Nous ferons en sorte que le maximum de gens puissent la voir".

Enfin, "la décarbonisation de l'économie" doit également être évoquée, selon le gouvernement britannique. Paris et Londres se sont engagés à mettre fin à la vente de voitures diesel ou essence d'ici 2040 et veulent travailler ensemble au développement d'un véhicule sans émissions polluantes.

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le

Mairie de Paris, Jeux Olympiques 2024
4min

Politique

JO 2024 : les agents de sécurité privée vont-ils faire défaut ?

A trois mois des Jeux Olympiques, des incertitudes planent sur le nombre d’agents de sécurité privée mobilisés. Le préfet de police de Paris, Laurent Nunez indique « ne pas être inquiet pour l’instant ». Du côté des professionnels du secteur, on évalue un manque de 8 000 agents sur 40 000 nécessaires.

Le