Macron en tête dans l’opinion, percée de Mélenchon, Montebourg, Hamon

Macron en tête dans l’opinion, percée de Mélenchon, Montebourg, Hamon

Emmanuel Macron arrive en tête des personnalités suscitant le plus de soutien et de sympathie tandis que Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Emmanuel Macron arrive en tête des personnalités suscitant le plus de soutien et de sympathie tandis que Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et Arnaud Montebourg sont en forte progression, selon un sondage Odoxa publié mardi.

Emmanuel Macron, en progression de quatre points, est la personnalité politique suscitant le plus d'adhésion (40%), devant Alain Juppé (34%, +1) et François Fillon (32%, +1), selon ce baromètre mensuel réalisé pour L'Express, la presse régionale et France Inter.

Mais trois personnalités de gauche enregistrent une percée notable: Jean-Luc Mélenchon, troisième ex-aequo avec François Fillon (32%), progresse de 8 points, tout comme Arnaud Montebourg, à 28%, tandis que Benoît Hamon, 10e ex-aequo avec Ségolène Royal, progresse de 9 points à 23%.

Marine Le Pen baisse d'un point à 26%.

Jean-Luc Melenchon le 11 janvier 2017 au Mans
Jean-Luc Melenchon le 11 janvier 2017 au Mans
AFP

A l'inverse, Manuel Valls, qui pointe au 12e rang avec 23%, ne progresse que de deux points, selon cette enquête réalisée avant et après le premier débat, le 12 janvier, de la primaire organisée par le Parti socialiste.

Sept candidats s'affronteront pour cette primaire les 22 et 29 janvier, dont Manuel Valls, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon.

Chez les sympathisants de gauche, c'est Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise à la présidentielle, qui prend la tête du classement avec une cote d'adhésion de 53%, grâce à une progression de 9 points en un mois.

A droite (hors FN), François Fillon est en tête (77%), mais il perd un point alors qu'Alain Juppé, deuxième, gagne cinq points (58%), devant Nicolas Sarkozy, qui s'envole de 9 points (57%).

L'ex-président fait jeu égal avec Emmanuel Macron, en progression lui aussi de 9 points parmi les sympathisants de droite (57%). Chez les sympathisants de gauche, le candidat du mouvement En Marche arrive septième (39%, +3).

Sondage réalisé par internet les 12 et 13 janvier, selon la méthode des quotas, auprès d'un échantillon de 984 personnes âgées de 18 ans et plus, dont 452 personnes interrogées avant le débat et 532 personnes après le débat. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allées ces dernières années.

Le

Macron en tête dans l’opinion, percée de Mélenchon, Montebourg, Hamon
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le