Macron enterre l’idée de la primaire

Macron enterre l’idée de la primaire

Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle de 2017, a enterré jeudi l'idée de rejoindre la primaire organisée par le PS, affirmant ne pas...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle de 2017, a enterré jeudi l'idée de rejoindre la primaire organisée par le PS, affirmant ne pas vouloir "se perdre dans (ses) chicayas".

"Je suis clair depuis le début. On m'a beaucoup reproché quand j'étais ministre de ne pas être au Parti socialiste. Les mêmes aujourd'hui me demandent d'aller à cette primaire, M. Cambadélis par exemple", a déclaré sur BFMTV et RMC M. Macron.

"Quand ça ne l'arrangeait pas, j'étais un ministre d'ouverture. Et maintenant qu'en effet ce rassemblement de progressistes que nous avons construit commence à leur faire peur, il faudrait qu'on aille se perdre dans les chicayas (les querelles) de la primaire", a dit l'ex-ministre de l’Économie.

Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a fait savoir jeudi qu'il avait écrit à M. Macron, comme à Jean-Luc Mélenchon, pour le convaincre de participer à la primaire.

Emmanuel Macron le 6 décembre 2016 à New York
Emmanuel Macron le 6 décembre 2016 à New York
AFP

Le fondateur du mouvement En Marche! a cité plusieurs pistes de son programme qu'il pourrait développer lors d'un meeting samedi à Paris.

Le meeting, qui se déroulera dans l'après-midi au parc des Expositions de la Porte de Versailles, pourrait accueillir jusqu'à 10.000 personnes, selon l'entourage de M. Macron.

Pour "diminuer l'écart entre le salaire brut et le salaire net", l'ex-ministre veut "supprimer les cotisations maladie et les cotisations chômage" que paient les salariés et les indépendants. Il financerait cette mesure "par de la CSG", qui "a une base beaucoup plus large", incluant les actifs, les retraités et les revenus du capital.

"Toutes les petites retraites auront leur pouvoir d'achat protégé", a-t-il dit.

A propos du temps de travail, M. Macron a estimé que la société entrait "dans un monde où selon les âges de la vie on a des préférences différentes".

"Dire pour toute la France, pour tout le monde, pour tous les âges, on va travailler 35 heures par semaine, c'est sans doute un peu réducteur", a-t-il dit.

- Stabilité fiscale -

Plaidant pour plus de "stabilité" fiscale, il a également proposé de "ne pas toucher un impôt plusieurs fois dans le quinquennat".

Emmanuel Macron le 6 décembre 2016 à New York
Emmanuel Macron le 6 décembre 2016 à New York
AFP/Archives

M. Macron a déclaré vouloir "aller au bout" de la réforme des prud'hommes, en instaurant "un plafond et un plancher en fonction des moyennes observées" en matière d'indemnités de licenciement.

Il s'est dit favorable à la mise en place d'un "système de bonus-malus" qui "favorise dans les cotisations que payent les entreprises, le recours autant qu'on le peut aux CDI par rapport aux CDD", et à un "système qui égalise les droits dans l'assurance chômage".

"Je m'engage ici à ce que sur la santé on ne modifie rien, on ne retranche aucun droit, on ne dérembourse aucun soin", a-t-il ajouté.

Sur l'environnement, l'ancien ministre a appelé à une réduction des "avantages" accordés à l'industrie du diesel, en leur permettant par l'investissement "de progressivement se transformer".

Plaidant pour un "marché unique de l'énergie" européen, M. Macron s'est dit favorable à une réduction progressive de la production nucléaire, rappelant qu'elle garantissait "une indépendance sur le plan énergétique" mais présentait "toujours un risque".

M. Macron s'est dit favorable à une politique commerciale européenne "avec les grandes zones de la planète" pour "défendre nos intérêts et préférences collectives".

Il a également lancé un appel aux maires de France pour parrainer sa candidature via une plateforme en ligne "les élus avec Macron".

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Macron enterre l’idée de la primaire
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le