Macron est « un personnage romanesque » pour Jean-Christophe Rufin

Macron est « un personnage romanesque » pour Jean-Christophe Rufin

Invité de l’émission « On va plus loin », l’écrivain et ancien ambassadeur de France au Sénégal, Jean-Christophe Rufin, apporte un regard distancié et parfois amusé sur les derniers évènements politiques qui ont remué le pays.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

L’écrivain et ancien diplomate, Jean-Christophe Rufin aime écrire sur le pouvoir et l’état du monde comme le prouve, une fois encore, son dernier roman « Le tour du monde du roi Zibeline ». Interrogé sur les dernières élections et ses soubresauts, il s’amuse en premier lieu de la situation : « Ça ressemble tellement à un roman qu’il y a moins de monde dans les librairies parce que les gens ont l’impression d’avoir tous les jours un feuilleton sous les yeux ».

Puis il poursuit plus sérieux : « C’est passionnant. Je ne sais pas comment les choses vont tourner mais (…) je trouve plutôt rafraîchissant d’avoir des personnalités nouvelles qui arrivent. On a quand même eu beaucoup d’éliminés. Moi, j’appartiens plutôt à l’ancien monde (…) Le président a l’âge de mon fils ».

"Moi, j’appartiens plutôt à l’ancien monde (…) Le président a l’âge de mon fils ».

Mais l’écrivain pondère ses propos en affirmant que « les vieux réflexes vont revenir » : « Il y a ce fantasme de faire table rase, d’avoir des mouvements et non pas des partis politiques. Je pense qu’un certain nombre d’apparatchiks vont réapparaître. Cela ne peut pas être autrement. Les règles de la politique qui existent depuis les Grecs, et même bien avant sans doute, vont revenir. Mais ça fait du bien de remettre les compteurs à zéro ».

« Emmanuel Macron, un personnage romanesque »

Quant au nouveau président de la République, Jean-Christophe Rufin le perçoit comme un personnage de roman : « C’est un personnage romanesque et à mon avis, il va l’être de plus en plus. Mais il est romanesque à son corps défendant (…) Et il va certainement inspirer des écrivains, peut être même dans deux, trois siècles ».

«  Ne serait-ce que son couple, c’est un roman déjà » ajoute-t-il.  « Dans son comportement dès sa prise de fonction, on voit qu’il y a pour lui, la nécessité et la conscience qu’il doit incarner, raconter quelque chose et que le pouvoir et la politique ont quelque chose à voir avec le récit, le roman ».

L’académicien voit Emmanuel Macron comme « quelqu’un de profondément habité par des exemples littéraires » : « Et ça fait une grande différence avec le président précédent » poursuit-il ironique. Car Jean-Christophe Rufin ne ménage pas François Hollande pour qui il a des propos durs : « Ce qui était dramatique avec Hollande, c’est qu’il affirmait, se vantait de ne jamais avoir lu de romans. Quelqu’un qui n’a pas lu de roman ne peut pas écrire un bon roman national. Et le sien était très mauvais ».  

 

Interview intégrale de Jean-Christophe Rufin dans OVPL
16:35

Interview intégrale de Jean-Christophe Rufin

Dans la même thématique

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le