Macron et les maires : « J’aimerais qu’il soit moins hors sol », affirme Florence Portelli

Macron et les maires : « J’aimerais qu’il soit moins hors sol », affirme Florence Portelli

Le président de la République a convié un millier de maires à l’Elysée, en marge du Congrès des maires de France organisé par l’AMF. Séance câlinothérapie, renouvellement de sa confiance envers les élus… Réactions des édiles à la sortie du palais. 
Public Sénat

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Le peu qu’on puisse dire est que les maires étaient circonspects. L’absence de discours du président au Congrès des maires, remplacé par une déambulation dans le salon, a été critiquée par les élus, estimant de « mauvais », le signal envoyé par le président. Ce dernier a préféré tenir un discours à l’Elysée, face à un parterre de maires invités.

Au menu : une reconnaissance du travail des élus « à l’avant-garde » des tensions qui traversent le pays, un point sur l’objectif « zéro artificialisation nette » (ZAN) inscrit dans la loi Climat et résilience qui font craindre aux élus des difficultés de développement économique. Il a aussi été question de la rénovation des écoles ou encore de la dotation globale de financement (DGF), qui n’est plus indexée sur l’inflation depuis une décennie.

A lire aussi » Budget 2023 : le Sénat revalorise la dotation des communes à hauteur de l’inflation

« J’attends une vision du président »

Qu’en ont pensé les maires à la sortie du Palais ? Les critiques sont vives du côté de Florence Portelli, maire LR de Taverny (Val-d’Oise) et vice-présidente de l’AMF. « Le compte n’y est pas. Je ne demande pas à Emmanuel Macron de faire de la câlinothérapie, assume-t-elle. Quand le président nous dit de construire sur des friches pour éviter l’artificialisation des sols… Chez moi, il n’y a pas de friches. Il faut aller voir à quoi ressemble un territoire français… Parfois j’aimerais qu’il soit moins hors sol. »

Sur l’école, l’élue francilienne demande « un choix de société pour extraire de l’école tous les problèmes sociétaux qui sont dedans » et fustige un « catalogue de poncifs » utilisé par le président durant son intervention. « J’attends une vision d’un président de la République ».

L’artificialisation des sols : des politiques différenciées selon les territoires

Sur le ZAN, certains maires ont tout de même été rassurés. A l’instar de Christian Peutot, maire EELV de Fay-lès-Nemours (Seine-et-Marne) : « [Le président] a évoqué la différenciation selon les territoires. Pour que les lois ne soient pas descendantes et uniformes, mais qu’elles soient adaptées aux territoires pour lesquelles elles sont faites. » Un propos qui est entré en écho avec le discours de « reconnaissance des maires » que l’élu estime « encourageant, surtout pour les maires de petites communes. »

Macron face aux maires : "L'arficialisation des sols selon les territoires est une bonne nouvelle"
02:11

Mais sans surprise, la question de l’augmentation des coûts de l’énergie a été sur toutes les lèvres. « Aujourd’hui, on n’a pas les réponses adaptées, commente Christophe Dietrich, maire LR de Laigneville (Oise). Le mécanisme qui doit aider les communes à répondre aux coûts supplémentaires de l’électricité ne couvre que 10 % de la hausse. Les 380 millions d’euros mis sur la table de la dotation globale de fonctionnement DGF [doivent être mis] en perspective avec les 27 milliards que représentent la DGF. Seuls quelques milliers d’euros vont arriver aux communes. Cela ne solutionnera pas le mur financier sur lequel on va se fracasser dans les mois à venir. »

Emmanuel Macron face aux maires : "Les services essentiels de la commune sont en péril"
04:09

A lire aussi » Hausse des prix de l’énergie : le Sénat élargit et simplifie le filet de sécurité des collectivités locales

Des suppressions de services publics

Et l’élu de donner des exemples dans sa commune de l’Oise, au budget 1,2 million d’euros de trésorerie : « Dans 12 mois, je serai à moins 84 000 euros. C’est-à-dire que tous les services non obligatoires mais essentiels de la commune sont en péril aujourd’hui. » Et l’élu de lister la cantine, le périscolaire, les associations, la culture… « Tout cela est en danger aujourd’hui, véritablement. On n’a pas le sentiment que la mesure des risques est prise [par le gouvernement]. »

Emmanuel Macron face au maire : "Les devis qui arrivent sont supérieurs de 50% à nos estimations"
02:54

Richard Delepierre, maire du Chesnay-Rocquencourt (Yvelines) abonde : « On voit actuellement tous les devis arriver qui sont supérieurs de 30 à 50 % par rapport aux estimations. La grosse inquiétude que nous avons, c’est notre capacité à préserver nos investissements pour les années à venir alors qu’on ne pourra pas répercuter l’intégralité des hausses sur les impôts. » Et de poursuivre : « Avec mes collègues, nous sommes en train d’étudier la suppression de services qu’on assurait depuis parfois 30 à 40 ans. »

Il se félicite en revanche des mesures fortes annoncées sur l’école, mais persiste à dire que d’autres thématiques sont restées sans réponse immédiate. Et de conclure : « On arrive à un moment où on doit faire des choix forts et le partager avec nos administrés parce que l’argent magique n’existe pas. »

Ce jeudi, la Première ministre Élisabeth Borne est particulièrement attendue. Elle doit clôturer par un discours le Congrès des maires.

 

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Macron et les maires : « J’aimerais qu’il soit moins hors sol », affirme Florence Portelli
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le