Macron, la haine et l’affect sous la plume de deux journalistes

Macron, la haine et l’affect sous la plume de deux journalistes

« Les autres présidents étaient souvent haïs pour leurs positions politiques, Macron lui déplaît, irrite, provoque et agace par ce qu’il est ». C’est par ces mots que Corinne Lhaïk analyse l’origine du brouillard macronien. Cette semaine dans Livres & vous, Guillaume Erner reçoit deux journalistes, Alain Duhamel et Corinne Lhaïk, qui publient chacun un livre sur le président Emmanuel Macron.
Public Sénat

Par Nils Buchsbaum

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La Ve République est souvent caractérisée comme une monarchie présidentielle tant les pouvoirs attribués au président de la République sont importants. En 2015, alors qu’il est encore ministre de l’Economie de François Hollande, Emmanuel Macron déclare : « Il y a dans le processus démocratique et dans son fonctionnement un absent, cet absent c’est la figure du roi, dont je pense fondamentalement que le peuple français n’a pas voulu la mort ». Un roi dont on retrouve les symboles lors de l’élection du président qui tient son premier discours dans la cour du Louvre.

 

« Il a fait un certain nombre de réformes à la cravache, ce qui a suscité des réactions nombreuses et hostiles ».

Alain Duhamel compare plutôt Emmanuel Macron à l’empereur Napoléon : « Le point commun de l’homme avec le bonapartisme ne réside pas seulement dans sa volonté de changer les règles, d’opérer une rupture mais aussi dans son goût de l’autorité voire de l’autoritarisme ». L’éditorialiste politique note que lors de ses deux premières années de mandat, Emmanuel Macron « n’a pas échoué dans toute tentative de réforme. Il en a fait un certain nombre à la cravache, ce qui a suscité des réactions nombreuses et hostiles ».

Cette hostilité envers le Président s’est manifestée spectaculairement lors du mouvement des Gilets Jaunes : « Cette haine qu’il a suscitée ne trouve pas d’équivalent dans la Ve République ou peut-être envers le Général de Gaulle au moment de la décolonisation de l’Algérie », pointe encore Alain Duhamel.

 

« Macron déplaît, irrite, provoque et agace par ce qu’il est, par son parcours »

Corinne Lhaïk abonde dans ce sens et déclare : « Il y a une haine qui est adressée à Emmanuel Macron. Elle a une couleur particulière. Les autres présidents étaient souvent haïs pour leurs positions politiques, Macron déplaît, irrite, provoque et agace par ce qu’il est, par son parcours. Il a ce côté du type à qui tout sourit, il donne envie de le cabosser… ». Selon la journaliste, critique à l’égard du locataire de l’Elysée, « les Français ont été surpris de le voir arriver, séduits, résignés pour d’autres parce qu’ils ne voulaient pas de Marine Le Pen ». Elle ajoute en guise de conclusion : « Aujourd’hui une part de la population est déçue et la crise actuelle va donc servir de juge de paix ».

Retrouvez cette émission en replay ici

« Emmanuel, le Hardi », Alain Duhamel, Editions de l’observatoire
« Président cambrioleur », Corinne Lhaïk, Edition de Fayard

Dans la même thématique

Salle des fetes de Crepol, ou le jeune Thomas a ete tue, 27 novembre 2023
5min

Politique

Drame de Crépol : pourquoi RN et Reconquête ont des stratégies différentes ?

La mort du jeune Thomas, poignardé lors d’une fête de village à Crépol dans la Drôme a permis aux deux partis d’extrême droite d’envoyer des signaux différents à leur électorat. Comme lors de la dernière campagne présidentielle, Le RN a conforté son image de parti de gouvernement. Quant à Reconquête, le parti d’Éric Zemmour tente d’imposer sa grille de lecture d’un déclin civilisationnelle.

Le

PARIS: EXCUSIF, Philippe Folliot President de l’Alliance centriste apporte son soutient a NKM
7min

Politique

Le sénateur Philippe Folliot candidat aux européennes : « Je défends le bon sens paysan ! »

Le sénateur centriste du Tarn, Philippe Folliot, annonce lancer pour les européennes sa liste « Ruralités, l’avenir dans le bon sens ». Défendant « une Europe qui nous protège plutôt qu’une Europe qui nous contraint », il propose une liste qui « porte une vision positive de l’Europe, mais sous un prisme des territoires et des ruralités ».

Le

Paris: Gerard Larcher elu President du Senat
7min

Politique

Projet de loi immigration : Éric Ciotti au chevet d’une droite sénatoriale de plus en plus agacée par les critiques des députés LR

Le président des LR, Éric Ciotti, était au Sénat mardi matin pour appeler les parlementaires de son parti à « l’unité ». Les critiques des députés LR sur le projet de loi immigration adopté mi-novembre par la majorité sénatoriale de droite et du centre ont nourri un vif agacement au Palais du Luxembourg. Au point que certains hésiteraient même à rompre leur rattachement au parti.

Le