Macron parle de son “ambition” devant 2.200 personnes à Quimper

Macron parle de son “ambition” devant 2.200 personnes à Quimper

Emmanuel Macron a réuni quelque 2.200 personnes dans une salle comble lundi soir à Quimper pour leur parler de son "ambition" et...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Emmanuel Macron a réuni quelque 2.200 personnes dans une salle comble lundi soir à Quimper pour leur parler de son "ambition" et de son projet "En Marche!", alors que plusieurs centaines d'autres sont restées à l'extérieur, faute de place.

"Ce soir je suis venu (...) vous parler d'ambition, notre ambition, notre ambition commune, celle qui nous porte depuis le début", a lancé Emmanuel Macron, copieusement applaudi tout au long de son discours au cours duquel il a énuméré ses mesures en matière de santé, d'éducation, d'emploi, d'innovation, mais surtout pour relancer le monde agricole.

L'agriculture "est au coeur de notre ambition pour demain", a assuré l'ancien banquier, qui a visité dans l'après-midi une exploitation laitière à Ploéven, au nord de Quimper. La Bretagne est la première région agricole de France et souffre depuis des mois des crises traversées par les filières d'élevage.

"Nous sommes un mouvement de confluences", a expliqué Emmanuel Macron. "Il y a des socialistes, il y a des radicaux, des écologistes, des MoDem, des UDI, des républicains, des femmes et des hommes de la société civile vibrante qui s'étaient détournés de la vie politique", a-t-il énuméré.

"Nous sommes 2.200 ce soir et malheureusement plusieurs centaines de personnes sont restées dehors", avait annoncé au début de son discours le candidat à la présidentielle, après avoir promis à ceux restés dehors de revenir.

"On n'a pas pu rentrer, il n'y a plus de place, la salle est trop petite", a regretté Jean-Louis Bonnot, se disant un "peu frustré". "Mais ce n'est pas dramatique, il a dit qu'il reviendrait", a-t-il poursuivi, expliquant vouloir en savoir davantage sur le programme de l'ancien ministre de l’Économie.

"On ne sait pas trop s'il est à gauche, à droite, ou alors s'il va taper des deux côtés", a avancé cet habitant de Briec, non loin de Quimper, âgé de 58 ans.

"C'est la première fois que je m'engage. Je sens avec Macron qu'il y a quelqu'un qui est là pour servir la France", a témoigné Laurent Lefèbvre, 52 ans. "Il a une ambition pour la France", s'est-il félicité.

"Emmanuel Macron a été fidèle a lui-même. Il écoute les gens. Je suis conquis depuis le début", s'est félicité Maxime de Souza, un Breton de 25 ans.

Le candidat à l'élection présidentielle devait se rendre mardi au Guilvinec pour y rencontrer des pêcheurs, puis dans le Morbihan pour visiter un centre mutualiste, spécialisé dans la rééducation et la réadaptation fonctionnelle, ainsi qu'une exploitation porcine.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le