Macron pense qu’un “mouvement est en cours” en sa faveur

Macron pense qu’un “mouvement est en cours” en sa faveur

Emmanuel Macron a refusé jeudi de se déclarer favori à l'élection présidentielle, malgré les difficultés d'un de ses principaux...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Emmanuel Macron a refusé jeudi de se déclarer favori à l'élection présidentielle, malgré les difficultés d'un de ses principaux adversaires, François Fillon, mais a reconnu qu'un "mouvement" était "en cours" en sa faveur.

François Fillon, candidat de la droite plombé par les révélations sur sa femme, plonge à 19%-20% d'intentions de vote selon un sondage Elabe publié mercredi et serait ainsi éliminé dès le premier tour, au profit de Marine Le Pen (FN) et de M. Macron (En Marche!).

"Ce n'est pas un statut (de favori), c'est un mouvement qui est en cours", a affirmé l'ancien ministre de l’Économie à la presse à son arrivée au Salon des entrepreneurs à Paris.

Il a ensuite refusé de répondre à toute question portant sur l'actualité politique, notamment sur les soupçons d'emploi fictif de la compagne de François Fillon.

Il a préféré se dire "heureux d'être avec les entrepreneurs français", soulignant "qu'ils font partie de l'énergie de ce pays" parce qu'ils "prennent des risques" pour "transformer notre quotidien".

Ses déambulations dans les allées du Salon ont occasionné de nombreuses bousculades et du matériel cassé, mais visiteurs et entrepreneurs se sont montrés très encourageants à son égard. Certains n'ont pas hésité à crier "Macron président" ou demander un selfie au candidat.

Bien installé dans les enquêtes d'opinion, M. Macron continue à structurer son parti En Marche! qui revendique quelque 170.000 adhérents (sans forcément cotiser).

Dans la même thématique

Centrale Nucleaire de Nogent sur Seine, France
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l'écologie ? 

Derrière le pouvoir d’achat, la sécurité, l’immigration ou encore l’international, l’écologie se retrouve reléguée parmi les sujets les moins mis en avant par les différents candidats aux législatives, ce qui n’empêche pas des divergences très profondes entre les trois principales coalitions en campagne 

Le

Paris : Gabriel Attal conference de presse
4min

Politique

« Pas de hausse d’impôts quoi qu’il arrive », promet Attal : « Démagogie pure » répond la commission des finances du Sénat

Lors d’une conférence de presse, Gabriel Attal a fustigé a renvoyé dos à dos les programmes économiques du RN et du Nouveau Front Populaire, comme étant irréalistes tout en prenant l’engagement « d’inscrire dans la loi une règle d’or budgétaire, pas d’augmentation des impôts quoi qu’il arrive ». « Une impasse » pour les sénateurs de la commission des finances.

Le

Macron pense qu’un “mouvement est en cours” en sa faveur
6min

Politique

Attal présente son programme et renvoie dos à dos « Nupes » et RN : « Le 30 juin, j’aimerais que les Français me choisissent » 

Ce jeudi 20 juin, le Premier ministre a dévoilé une série de mesures sur le pouvoir d’achat, le travail, la transition écologique ou encore la justice des mineurs, qui seront portées par les candidats de la majorité aux législatives anticipées. Gabriel Attal n’a pas hésité à personnaliser le scrutin, appelant les Français à « le choisir » dès le premier tour.

Le