Macron propose d’interdire le portable à l’école et au collège

Macron propose d’interdire le portable à l’école et au collège

Parmi les mesures en matière d'éducation du programme d'Emmanuel Macron, dévoilé jeudi, figure en bonne place l'interdiction des...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Parmi les mesures en matière d'éducation du programme d'Emmanuel Macron, dévoilé jeudi, figure en bonne place l'interdiction des portables dans l'enceinte des écoles primaires et des collèges, proposition dont la faisabilité et la pertinence laissent les syndicats enseignants dubitatifs.

"La placer en deuxième position, ça parait un peu disproportionné. Ce n'est pas ça qui aura une influence sur la qualité du système éducatif", réagit auprès de l'AFP Catherine Nave-Bekhti, secrétaire générale du Sgen-CFDT. "D'autant que la plupart des règlements intérieurs interdisent déjà les portables en classe."

"Il y a des élèves qui oublient de l'éteindre, qui ne résistent pas à la tentation, ou qui enfreignent le règlement par goût de la transgression. Dans ces cas-là, il peut y avoir rappel à l'ordre, punition et confiscation du portable pendant un laps de temps", rappelle Christian Chevalier, à la tête du SE-Unsa.

Valérie Sipahimalani, secrétaire générale adjointe du premier syndicat enseignants, le SNES, s'interroge sur "l'objectif" de cette mesure. "Est-ce un objectif pédagogique? Si oui, lequel? Est-ce pour protéger les enfants des ondes" électromagnétiques?

Comme ses collègues, elle rappelle que les élèves sont équipés par leurs parents, "qui veulent pouvoir joindre leur enfant après la classe, parce que ça les rassure".

Les représentants des syndicats enseignants notent aussi que des professeurs au collège mettent en place des activités pédagogiques avec les portables, qui apprennent aux jeunes à avoir un usage raisonné des outils numériques, des réseaux sociaux et d'internet.

"On ne peut pas avoir un discours sur le développement du numérique et interdire à l'école l'outil numérique le plus facile d'accès", s'étonne Christian Chevalier.

Le SNPDEN, principal syndicat des chefs d'établissement, "ne commente pas par principe les propositions des candidats", indique Philippe Tournier, son secrétaire général. Il s'interroge cependant sur la manière d'appliquer cette mesure. L'interdiction vise-t-elle l'objet lui-même ou son utilisation dans les couloirs et cours de récréation, se demande-t-il.

Philippe Tournier qualifie les dérangements en cours par le téléphone portable de "phénomène pas dramatique, mais envahissant". Ses sonneries ou son utilisation sans autorisation en classe représentent désormais entre un tiers et la moitié des sanctions infligées dans les collèges, précise-t-il.

Dans la même thématique

LE HAVRE: Edouard Philippe Maire du Havre recoit Bruno Le Maire dans sa mairie avant sa visite sur le site Renault de Sandouville
9min

Politique

Dissolution, main tendue de Ciotti au RN : Edouard Philippe peut-il tirer son épingle du jeu dans cette « purée de pois » ?

L’ancien premier ministre « tend la main » aux membres des LR déçus par l’alliance proposée par Eric Ciotti au RN. Il entend « construire cette majorité dans le bloc central ». Au sein d’Horizons, on reconnaît plus ou moins que la situation peut profiter à Edouard Philippe. Mais les législatives n’en seront pas moins « difficiles ».

Le

Macron propose d’interdire le portable à l’école et au collège
2min

Politique

Union de la gauche aux législatives : « La période nous appelle à éviter tous les jeux personnels de pouvoir », alerte Cécile Cukierman

Depuis l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale, les partis de gauche sont en pleine négociation pour former une alliance aux élections législatives. Si un front commun semble émerger, des divergences persistent. Pour la présidente du groupe communiste au Sénat, la gauche ne pourra l’emporter que dans l’union, « toute autre stratégie sera une catastrophe à l’arrivée ».

Le

Paris:Ciotti delivers a speech to presents New Year wishes
6min

Politique

Alliance Ciotti avec le RN : récit de la folle journée des Républicains du Sénat

L’annonce par Éric Ciotti d’un accord avec le RN en vue des législatives a chamboulé le groupe Les Républicains du Sénat. Certains demandent la démission du président du parti, d’autres quittent Les Républicains, d’autres encore déclarent à demi-mot ne pas être opposés à une alliance avec le parti de Jordan Bardella.

Le

MEETING RAPHAEL GLUCKSMANN ELECTIONS EUROPEENNES
8min

Politique

Front populaire : favorables au rassemblement, les sénateurs socialistes ne veulent « pas reproduire la Nupes »

Alors que les négociations autour d’un accord de gauche pour les législatives se poursuivent, les sénateurs socialistes estiment que le score réalisé par Raphaël Glucksman aux élections européennes doit placer le PS en première ligne par rapport à LFI. Auprès de Public Sénat, Olivier Faure, le Premier secrétaire du PS, assure que le principe d’un « rééquilibrage » dans l’attribution des circonscriptions a été acté par les autres formations.

Le