Macron propose de supprimer les départements dans les zones les plus urbanisées

Macron propose de supprimer les départements dans les zones les plus urbanisées

Emmanuel Macron, candidat à l'élection présidentielle, a proposé vendredi de "supprimer" les départements dans les zones les plus...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Emmanuel Macron, candidat à l'élection présidentielle, a proposé vendredi de "supprimer" les départements dans les zones les plus urbanisées et structurées par des métropoles, tout en les maintenant dans les zones plus rurales.

"Je souhaite qu'on ait des organisations multiples selon le territoire", a déclaré l'ancien ministre de l'Économie à l'antenne de Sud radio-Public Sénat, plaidant pour un modèle où "dans les départements qui sont les plus urbanisés, (...) les plus structurés par les métropoles, on puisse progressivement supprimer le département".

"C'est un gain d'efficacité, ce sont des vraies économies", a-t-il assuré, précisant qu'il souhaitait conserver cette administration "dans les départements les plus ruraux", parce que "c'est un acteur qui structure le territoire".

Interrogé sur la question de la fracture géographique entre territoires M. Macron a préconisé un "plan quinquennal d'infrastructures, raisonnable, que l'on sait financer", focalisé sur des "infrastructures prioritaires" pour résoudre le problème "d'accès au centre d'activités le plus proche, ou pour attirer de l'activité".

Concernant la fracture numérique des territoires, notamment dans l'accès au haut débit, le fondateur du mouvement En Marche a dit vouloir donner "une date limite à tous les opérateurs de télécoms".

"L'État se substituera à eux si, dans les deux ans qui suivent mai 2017, ils n'ont pas déployé partout au bon rythme la fibre ou le cellulaire", a-t-il expliqué.

M. Macron s'est par ailleurs prononcé pour "une vraie autonomie des universités", une "autonomie au niveau de l'école qui soit sur le plan pédagogique beaucoup plus radicale", un accroissement de l'autonomie dans les "formations professionnelles" mais avec un "Etat qui pilote les besoins", et une "autonomie supérieure des fonctionnaires de santé, d'hygiène et de sécurité".

Par ailleurs, le candidat a expliqué qu'il souhaitait faire du chômage un "risque social" piloté "par l'Etat". "J'égalise donc les droits entre les différents Français", a-t-il détaillé, précisant qu'un "entrepreneur qui est à son compte, un commerçant, un artisan qui perd son commerce" aurait des indemnisations après 5 ans d'activité, idem pour un démissionnaire" a-t-il précisé.

"S'il ne prend pas un emploi qui correspond à ses formations, à ses capacités, il perd cette indemnisation. S'il n'a plus de formation, je lui assure une formation qui peut être un, deux ou trois ans pour ne pas être dans le chômage de longue durée", a-t-il conclu.

Dans la même thématique

Macron propose de supprimer les départements dans les zones les plus urbanisées
3min

Politique

Drapeau palestinien à l’Assemblée : « Reconnaître un Etat palestinien, aujourd’hui, ce serait légitimer le Hamas », estime Jordan Bardella

Invité ce mercredi 29 mai de Public Sénat, Jordan Bardella, tête de liste RN pour les élections européennes, a dénoncé les positions de LFI sur le conflit à Gaza et leur attitude dans le débat public. Le président du RN estime que la reconnaissance d’un Etat palestinien n’est plus d’actualité depuis les attaques du 7 octobre.

Le

Macron propose de supprimer les départements dans les zones les plus urbanisées
8min

Politique

Encadrement des cabinets de conseil : le Sénat « revient à l’esprit de la commission d’enquête » en deuxième lecture

Les sénateurs ont adopté à l’unanimité en deuxième lecture la proposition de loi, née en 2022 des préconisations de leur commission d’enquête sur l’influence des cabinets de conseil dans les politiques publiques. Ils ont rétabli plusieurs « ambitions » du texte initial, contre l’avis du gouvernement, tout en acceptant certaines rédactions de compromis avec les députés.

Le

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le