Macron s’estime conforté, garde son cap en France et en Europe

Macron s’estime conforté, garde son cap en France et en Europe

Emmanuel Macron compte "intensifier l'acte 2 de son quinquennat" et ne fera "pas de changement de cap" en France, estimant n...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Emmanuel Macron compte "intensifier l'acte 2 de son quinquennat" et ne fera "pas de changement de cap" en France, estimant n'avoir pas subi de "vote sanction" aux élections européennes, a indiqué son entourage dimanche, après les estimations donnant la liste qu'il soutient en deuxième position derrière celle du RN.

"Les orientations annoncées après le grand débat vont se poursuivre, l'objectif est que les Français puissent ressentir le changement", selon l'Elysée, pour qui la liste Loiseau, portée par le parti présidentiel, a réalisé "un score honorable".

"On n'a jamais vu un parti au pouvoir avoir un score aux européennes aussi haut par rapport à l'élection présidentielle", fait valoir la présidence, pour qui le chef de l'Etat sera également "fort dans le jeu européen".

Selon les estimations des instituts de sondage, la liste Renaissance pro-Macron menée par Nathalie Loiseau est créditée de 21,9% à 22,5%, légèrement en deçà du score d'Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle (24,01%).

Le Rassemblement national et sa tête de liste Jordan Bardella arriveraient en tête avec 23 à 24,2% des suffrages.

"Cette élection confirme la bipolarisation de la politique française. LR et LFI s'effondrent. Le parti présidentiel est le rempart solide contre les partis nationalistes", ajoute son entourage.

L'Elysée concède seulement "une déception" face à la deuxième place de la liste Loiseau. "Mais nous n'avons pas eu de vote-sanction. Nous nous sommes maintenus à un niveau quasi équivalent au premier tour" de la présidentielle alors que "les élections européennes ont sanctionné jusqu’à maintenant" les partis au pouvoir.

"Au niveau européen, le président de la République reste à la manoeuvre pour constituer une grande alliance progressiste en Europe, une force qui sera essentielle dans le nouveau Parlement européen", ajoute l'Elysée.

Emmanuel Macron comptait d'ailleurs parler dimanche soir à la chancelière allemande Angela Merkel ainsi qu'à plusieurs de ses homologues européens, en amont du sommet prévu à Bruxelles mardi soir, afin de "construire cet arc progressiste" et pour que "la France garde son influence dans les institutions européennes".

L'Elysée s'est aussi félicité de la forte participation et estime que le chef de l'Etat, en appelant à voter, "a certainement contribué à redonner du sens européen" à ce vote dont les Français s'étaient un peu détournés.

"Le sentiment européen reste majoritaire: les votes pour les partis pro-européens sont en majorité", conclut l'Elysée.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Macron s’estime conforté, garde son cap en France et en Europe
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le