Macron « se sarkozyse » selon Marie-Noëlle Lienemann

Macron « se sarkozyse » selon Marie-Noëlle Lienemann

La sénatrice PS de Paris, Marie-Noëlle Lienemann est revenue sur la polémique qui entoure les propos d’Emmanuel Macron sur les manifestants de GM&S. « Il veut être le Président des winners méprisant tous les autres» a-t-elle déploré.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Lors d'un déplacement à Égletons, en Corrèze, le chef de l’État a répondu au président de la région Nouvelle Aquitaine, Alain Rousset, qui évoquait les difficultés de recrutement d’une entreprise de fonderie d'Ussel. Visant les salariés licenciés de l'équipementier automobile GM&S qui manifestait au moment de sa visite, Emmanuel Macron a lancé : « Il y en a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller regarder s’ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas, parce qu’ils ont les qualifications pour le faire. ».

« Il se sarkozyse » a réagi Marie-Noëlle Lienemann. C'est-à-dire qu’on a le droit aux formulations de mépris, de provocation, de division des gens, de grandes phrases à l’emporte-pièce, qui montrent une incapacité à avoir la force et la sérénité du poste présidentiel »  a taclé l’ancienne ministre.

Ces mots d’Emmanuel Macron révèlent également selon elle « le naturel » du chef de l’État. Il veut, non seulement, être le Président des riches mais il veut être aussi celui des winners méprisant tous les autres ». « C’est la stratégie de Sarkozy de clouer au pilori une partie de la population française et de la mépriser. On voit que ça n’a pas réussi au président de la République (Nicolas Sarkozy) mais surtout ça crée un climat détestable dans le pays » a-t-elle prévenu.

 

 

Dans la même thématique

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Macron « se sarkozyse » selon Marie-Noëlle Lienemann
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
5min

Politique

Sondage : après son débat avec Attal, Bardella au plus haut à 34% d’intentions de vote, Hayer recule encore

L’avance considérable prise par la tête de liste RN sur ses autres concurrents pour les élections européennes du 9 juin prochain se confirme dans le dernier relevé du baromètre d’Odoxa, réalisé par Mascaret* pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale. Cette enquête d’opinion a été réalisée après le débat qui a opposé Jordan Bardella au Premier ministre Gabriel Attal le 23 mai. Dans le même temps, la majorité présidentielle continue de perdre du terrain dans les intentions de vote.

Le