Macron sur la colonisation: “crime” pour Marine Le Pen

Macron sur la colonisation: “crime” pour Marine Le Pen

La candidate FN à l'élection présidentielle Marine Le Pen a critiqué jeudi sur sa page Facebook les propos d'Emmanuel Macron à...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

La candidate FN à l'élection présidentielle Marine Le Pen a critiqué jeudi sur sa page Facebook les propos d'Emmanuel Macron à propos de la colonisation, les qualifiant de "crime" contre la France.

"Y a-t-il quelque chose de plus grave, quand on veut être président de la République, que d'aller à l'étranger pour accuser le pays qu'on veut diriger de crime contre l'humanité?", a demandé Mme Le Pen, qui répondait à quelques questions d'internautes.

"En utilisant cette argumentation probablement pour des raisons bassement électoralistes, le crime, c'est M. Macron qui le commet. Il le commet contre son propre pays", a-t-elle dit.

La candidate frontiste a fustigé le "mépris sur tout ce qui peu ou prou représente la France" pour M. Macron.

M. Macron, candidat à l'élection présidentielle, a déclaré à la chaîne privée algérienne Echourouk News lors d'un voyage en début de semaine : "la colonisation fait partie de l'histoire française. C'est un crime contre l'humanité, c'est une vraie barbarie et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l'égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes".

"Quelle plaie veut-il raviver? C'est un crime contre l'humanité, les routes qu'on y a laissées, les écoles qu'on y a mises, les hôpitaux qui ont été construits, la langue française qui a été laissée en héritage, la culture française?", a de son côté demandé sur LCI Florian Philippot, vice-président du Front National.

Dans la même thématique

Strasbourg : European Parliament session
6min

Politique

Européennes 2024 : que disent les derniers sondages sur les tendances ?

Jordan Bardella reste toujours loin devant, quand Valérie Hayer peine à contenir la dynamique de Raphaël Glucksmann. Le candidat PS/Place Publique talonne de plus en plus la liste de la majorité présidentielle. Manon Aubry pour LFI progresse un peu, quand François-Xavier Bellamy est plus ou moins stable.

Le