Macron : « Un Président de droite qu’on n’attendait pas » se félicite Jean-François Copé

Macron : « Un Président de droite qu’on n’attendait pas » se félicite Jean-François Copé

Invité de l’émission L’épreuve de Vérité sur Public Sénat, en partenariat avec l’AFP, Les Échos et Radio Classique, Jean-François Copé, maire LR de Meaux, a salué les réformes de la première année du quinquennat d’Emmanuel Macron : «  Les mesures que la droite aurait dû faire » selon lui.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Jean-François Copé l’assure, après sa déconvenue à la dernière primaire de la droite, il a pris « du recul » et « même de la hauteur ». Ce qui ne l’empêche pas  de dresser un bilan de la première année du quinquennat d’Emmanuel Macron. « Emmanuel Macron, c’est quand même le Président de droite qu’on n’attendait pas.  Personne n’a vu venir Emmanuel Macron. Homme qui se disait de gauche et qui depuis qu’il est élu n’a fait que des mesures que la droite préconise » (….) Si vous prenez toutes les mesures qu’il a prises depuis qu’il est élu, c’est grosso modo ce que la droite aurait dû faire quand elle était au pouvoir » poursuit-il avant d’ajouter : « Ça fait du bien à notre pays après un quinquennat désastreux, celui de M. Hollande ».

Toutefois, celui qui est toujours membre du bureau politique des Républicains, soulève quelques « erreurs très regrettables » de ce début de quinquennat comme l’augmentation de la CSG et la baisse des APL.

Copé « terrifié » par la « ligne Wauquiez/ Le Pen »

Copé « terrifié » par la « ligne Wauquiez/ Le Pen »
01:39

Ancien président de l’UMP, Jean-François Copé a bien conscience de la délicate situation dans laquelle se trouve sa famille politique après un tel constat sur les réformes de l’actuel gouvernement. « Soit vous soutenez ce qui est soutenable et il y a de quoi faire. À ce moment-là, vous êtes cohérent. Soit vous tapez comme un sourd et, à ce moment, vous est victime du syndrome d’incohérence et d’insincérité ».

Une équation qui pourrait s’apparenter à une attaque en règle contre Laurent Wauquiez que Jean-François Copé est à deux doigts de franchir. « La direction du parti a fait un choix. Celui de coller au discours de Marine Le Pen. Ça plaît aux électeurs de Marine Le Pen, mais ils ne votent pas forcément pour la droite, ils votent pour l’extrême droite forcément (…) Ce qui me terrifie, c’est ce que beaucoup de vos confrères disent : la ligne Wauquiez/ Le Pen Le Pen/Wauquiez. C’est terrible car ça ne représente qu’une petite partie de l’électorat de droite (…) Moi, je n’ai jamais entendu dire la ligne Copé/ Le Pen. Ce n’était pas l’ambiance. J’ai toujours été ferme par rapport à cette question ».

Une alliance LR/ En Marche pour battre Hidalgo aux municipales

Copé veut ne alliance LR/ En Marche pour battre Hidalgo aux municipales
01:12

Enfin, le maire de Meaux juge indispensable une alliance LR/LREM pour les prochaines élections municipales à Paris. « C’est absolument indispensable. C’est une question de survie pour la banlieue (…) On ne peut plus arriver à Paris (…) C’est un cauchemar. Tout ça parce qu’il n’y a plus de politique des transports. Mme Hidalgo pense qu’elle vit dans un village (….) C’est une véritable mission d’intérêt général que de faire en sorte que Mme Hidalgo ne soit plus maire de Paris. Et, si pour y arriver, il faut faire une alliance LR et En Marche, pour ses éléments qui sont les plus à droite, et bien je crois que c’est une bonne chose » a-t-il lancé.

Dans la même thématique

Macron : « Un Président de droite qu’on n’attendait pas » se félicite Jean-François Copé
4min

Politique

Nouveau Front populaire : députés et sénateurs réunis pour une démonstration de force

Les près de 130 parlementaires PS avaient rendez-vous au Sénat pour une réunion « opérationnelle », explique le président des sénateurs socialistes Patrick Kanner. Une rencontre qui permet aussi d’afficher le poids du parti au Parlement, à l’heure où les négociations patinent toujours pour Matignon, sur fond de désaccords avec La France insoumise.

Le

Strasbourg – Plenary Session of the European Parliament, Gallia – 17 Jul 2024
5min

Politique

Parlement européen : le cordon sanitaire contre l’extrême-droite résiste

Les votes étaient scrutés. Mardi 16 juillet les députés ont élu les 14 vice-présidents du Parlement européen. Des postes hautement symboliques. Mais même si l’extrême droite est en progression au Parlement européen, le cordon sanitaire semble avoir tenu : « Les Patriotes pour l’Europe », le nouveau groupe dirigé par Jordan Bardella et « L’Europe des nations souveraines » où siège l’AFD, l’extrême droite allemande, font chou blanc. A noter tout de même, le groupe ECR de la Première ministre Italienne Giorgia Meloni obtient deux postes.

Le

Gabriel ATTAL, French Minister of Education and Youth, was at the Gilbert DRU middle school in Lyon
10min

Politique

Derrière « le pacte d’action » que veut construire Gabriel Attal, un appel du pied de la macronie aux LR

Le Premier ministre souhaite ouvrir des discussions avec les groupes politiques « autour de projets et d'actions au service des Françaises et des Français ». Si à ce stade, un élargissement du courant présidentiel vers la gauche semble difficilement envisageable, la droite, en revanche, tenterait de négocier auprès des macronistes certains postes clés à l’Assemblée nationale.

Le