Macron veut “de nouvelles protections” face au défi de la mondialisation

Macron veut “de nouvelles protections” face au défi de la mondialisation

Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle de 2017, a fait salle comble mardi soir à l'Athénée municipal à Bordeaux où il s'est posé en...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle de 2017, a fait salle comble mardi soir à l'Athénée municipal à Bordeaux où il s'est posé en candidat protecteur face "aux défis de la mondialisation".

Sur les terres d'Alain Juppé, évincé de l'élection présidentielle par François Fillon lors de la primaire de la droite, le fondateur du mouvement En marche! a rendu hommage au maire de Bordeaux et repris les grandes lignes de son discours de la Porte de Versailles, mais cette fois devant un auditoire moins nombreux, d'environ 500 personnes, alors que presque autant ont été refoulées à l'entrée faute de places.

"Nos défis sont immenses" face "aux nouveaux risques de la mondialisation et de la transition numérique et environnementale", a lancé en préambule l'ex-ministre de l'Economie.

Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle 2017, a donné un meeting électoral à Bordeaux, le 13 décembre 2016
Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle 2017, a donné un meeting électoral à Bordeaux, le 13 décembre 2016
AFP

Face au terrorisme, au chômage, et aux "inégalités qui explosent partout dans le monde et en particulier dans nos sociétés développées", "je veux porter de nouvelles protections", a-t-il assuré. Des protections qui reposent, selon lui, sur trois "boucliers": "Un bouclier de sécurité, un bouclier social et un bouclier européen".

Le "bouclier de sécurité", c'est le rétablissement "d'une vraie autorité républicaine", a-t-il dit, avec une nouvelle fois la promesse de l'embauche de 10.000 fonctionnaires de police et de gendarmerie.

"Le bouclier social c'est la même protection pour les uns et les autres", "une protection juste, plus individuelle, plus personnelle" grâce notamment à une éducation mieux adaptée aux besoins "des quartiers les plus pauvres". Le bouclier social c'est aussi "repenser le droit au chômage et à la formation professionnelle" qu'il veut "réorganiser" au sein d'un "vrai service public".

Brigitte Trogneux, L'épouse d'Emmanuel Macron, a écouté le discours parmi le public, lors du meeting électoral à Bordeaux, le 13 décembre 2016
Brigitte Trogneux, L'épouse d'Emmanuel Macron, a écouté le discours parmi le public, lors du meeting électoral à Bordeaux, le 13 décembre 2016
AFP

Enfin, pour Emmanuel Macron, le troisième bouclier "c'est l'Europe!". "La désigner comme le seul coupable de tous nos maux c'est une erreur, car c'est le seul espace qui va nous protéger dans la mondialisation", a-t-il souligné, appelant de ses voeux une "relance de l'Europe" reposant sur un "axe franco-allemand fort".

Dans la même thématique

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le