Macron/Fillon : « ça sent le fric partout »  estime Florian Philippot

Macron/Fillon : « ça sent le fric partout » estime Florian Philippot

Invité de l’émission Territoires d’Infos, le vice-président du FN, Florian Philippot est revenu sur les conséquences de l’affaire Fillon sur l’électorat frontiste.  « Nous voyons des électeurs, chaque jour, toquer à notre porte » assure-t-il.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Toutefois, Florian Philippo estime que « la candidature de Mr Fillon était en crise avant même l’affaire (…) L’affaire a été la dégringolade. Mais avant, il baissait déjà largement du fait de son programme. Nous avons beaucoup, beaucoup d’adhésions, je ne sais pas si c’est lié mais nous avons énormément d’adhésion » poursuit-il.

Le vice-président du FN a également réagi à l’information de BFM Business qui a dévoilé que la société de l’ancien Premier ministre « 2F Conseils » a eu pour client la société d’assurance AXA. Un conflit d’intérêts caractérisé selon le vice-président du FN. « Quand on voit le projet sur le fond de François Fillon pour la sécurité sociale qui était un projet de destruction de la sécurité sociale, donc au bénéfice des assureurs privés, on se dit qu’il y a un énorme problème » commente-t-il avant d’ajouter : « ça veut dire que cet homme est sous influence. Il n’est pas le seul dans cette élection présidentielle. Ca sent le fric partout y compris chez Monsieur Macron ».

Assistants parlementaires : aucune suspicions d’enrichissement personnel"
00:55

Sanctionnée  financièrement par le Parlement européen pour des emplois fictifs d’assistants parlementaires, « Marine le Pen n’a pas le choix, il y a des retenues sur salaires » déplore l’eurodéputé frontiste. Comme la candidate à l’élection présidentielle, il y voit un acte mené par leurs « adversaires politiques », en l’occurrence Martin Schulz (ancien président socialiste du Parlement ndlr). Toutefois, pas question d’y voir un lien avec l’affaire visant  François Fillon pour Florian Philippot, car selon lui Marine Le Pen n’a bénéficié « d’aucun enrichissement personnel ».

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le