Mandon plaide pour une nouvelle “direction collégiale” au PS

Mandon plaide pour une nouvelle “direction collégiale” au PS

L'ancien secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur Thierry Mandon a plaidé lundi pour un "changement de direction" au PS "au...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

L'ancien secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur Thierry Mandon a plaidé lundi pour un "changement de direction" au PS "au soir des législatives".

Celle-ci permettrait selon lui de "passer le relais à une nouvelle génération", comprenant Najat Vallaud-Belkacem, Mathias Fekl ou Guillaume Balas, réunis dans une "direction collégiale".

"Tout changer, cela passe aussi par un changement de direction, pour pouvoir passer le relais à une nouvelle génération", déclare M. Mandon dans un entretien à l'Opinion. Il juge "surprenante" la volonté du Premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis de rester "au centre de ce changement".

Il souhaite "au soir des législatives" la nomination d'"une direction collégiale de six à huit responsables". "Des dirigeants de la nouvelle génération", dont Mathias Fekl et Olivier Faure, pourraient y figurer.

Selon M. Mandon, qui ne brigue pas de second mandat de député de l'Essonne, la nouvelle équipe aurait la tâche d'organiser des "assises de la reconstruction embrassant toutes les questions, ouvertes largement sur la société".

A l'issue de celle-ci, un "congrès fondateur d'un nouveau parti socialiste, démocratique, social et écologique" pourrait se tenir. "Sans se précipiter", précise-t-il.

Ce nouveau parti serait "d'aujourd'hui", "à la frontière d'un nouveau mouvement". Il accueillerait "de nouvelles idées", serait "plus ouvert, y compris sur les nouveaux moyens de communication" et proposerait des adhésions "peu onéreuses".

Au-delà, M. Mandon souhaite que le PS se livre à "un vrai travail de fond sur certaines questions", comme "le rôle de l'Etat en France". "Le PS ne sait plus quelle est sa base sociologique et invoque les classes moyennes comme feuille de vigne de sa nudité idéologique", dit-il. "Savoir ceux que l'on veut vraiment soutenir, ça donne des forces", poursuit-il.

Interrogé à propos de ses déclarations, M. Cambadélis a appelé lundi au "retour à l'esprit collectif". "Les génies de villages qui font des déclarations dans leur coin, pour leur pomme, alors qu'ils ne sont pas candidats, doivent quand même prendre en compte l'esprit collectif", a dit le dirigeant socialiste sur franceinfo.

Il a évoqué les propositions qu'il entendait faire le 18 juin, au soir du second tour des législatives, où il est candidat à un sixième mandat à Paris. "Maintenant les militants doivent pouvoir intervenir dans ce qui sera la refondation", dit-il. "Il n'y aura pas de refondation sans les militants, il faut un processus collectif et je m'y emploierai", a ajouté le numéro un du PS.

Dans la même thématique

Reception de la presse internationale à l’Elysee, a l’occasion des Jeux de Paris 2024
9min

Politique

Interview d’Emmanuel Macron sur les JO : « Il va s’en servir comme d’une métaphore sur le climat politique » 

Ce mardi 23 juillet au soir, Emmanuel Macron va s’exprimer pour la première fois depuis les élections législatives, lors d’une interview pour France Télévisions et Radio France. L’occasion pour lui d’expliciter « la trêve olympique et politique » qu’il a appelée hier de ses vœux. Alors quels sont les enjeux de cette intervention ?  

Le

Mandon plaide pour une nouvelle “direction collégiale” au PS
4min

Politique

Lutte anti-drone pour les JO : « Une priorité » pour Attal, sur laquelle les sénateurs ont alerté

A trois jours de l’ouverture de Jeux Olympiques, le premier ministre démissionnaire s’est rendu à la base militaire de Villacoublay pour se faire présenter le dispositif anti-drone. Et a révélé qu’il y a déjà « 6 drones interceptés en moyenne chaque jour » aux abords des sites olympiques. Un sujet sur lequel les sénateurs ont alerté depuis longtemps l’exécutif.

Le