Manifestation non-violente évacuée: la députée LREM Pompili “choquée”

Manifestation non-violente évacuée: la députée LREM Pompili “choquée”

La députée LREM Barbara Pompili s'est dite lundi "assez choquée" par les images de l'évacuation de militants écologistes lors d...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

La députée LREM Barbara Pompili s'est dite lundi "assez choquée" par les images de l'évacuation de militants écologistes lors d'un sit-in à Paris à l'aide de gaz lacrymogène, souhaitant que l'enquête permette de "faire la lumière sur ce qui s'est passé".

"Quand j'ai vu ces images, j'ai été assez choquée comme tout le monde car on envoie du gaz lacrymogène très près des yeux des gens", a-t-elle commenté sur France 2, se disant "plutôt satisfaite" de l'enquête demandée par le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner qui permettra de dire notamment si "on a le droit de faire ça".

Tout en notant que la manifestation n'était "pas déclarée", la députée ex-EELV aujourd'hui présidente LREM de la commission du Développement durable à l'Assemblée nationale a souligné que "ces militants sont dans l'action non violente" et a jugé que "c'est bien d'avoir des lanceurs d'alerte qui viennent nous dire +allez bougez vous+".

Quant aux propos du ministre de l'Ecologie François de Rugy qui a estimé dimanche qu'"on n'est plus au temps des manifestations" mais dans celui de "l'action" pour le climat, et a justifié l'utilisation des gaz "qui ont pour but que les gens s'en aillent", Mme Pompili a estimé qu'"il est dans son rôle" de membre du gouvernement consistant à dire "qu'il y a des règles qui doivent être respectées".

Un autre ministre, Marc Fesneau, en charge des Relations avec le parlement, a appelé lundi sur Cnews à attendre de "voir ce que dira l''enquête". "Ce n'est pas une violence physique directe, c'est une violence, pour certains (commentateurs, NDLR), exercée au travers de l'emploi de gaz lacrymogènes", a-t-il noté.

Le blocage et l'évacuation des manifestants ont eu lieu vendredi sur le pont de Sully. Des images de l'intervention des forces de l'ordre ont été largement partagées sur Twitter: elles montrent des policiers aspergeant abondement de gaz lacrymogène ces militants participant pacifiquement à un sit-in lors de l'occupation de ce pont du centre de Paris par l'organisation Extinction Rebellion.

Christophe Castaner a demandé un rapport au préfet de police de Paris sur "les modalités" de cette évacuation controversée.

Selon la préfecture de police, les forces de l'ordre sont intervenues pour faire "cesser l'entrave à la circulation générée par cette action".

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Manifestation non-violente évacuée: la députée LREM Pompili “choquée”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le