Marc Fesneau accuse LR et le PS d’avoir « méprisé pendant 20 ans » les retraités agricoles

Marc Fesneau accuse LR et le PS d’avoir « méprisé pendant 20 ans » les retraités agricoles

Le président du groupe MoDem à l’Assemblée reproche aux sénateurs d’avoir voulu « donner des leçons » au gouvernement sur la situation sociale des agriculteurs. Il assure que leurs retraites seront bien revalorisées, dans le calendrier défini par l’exécutif.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Nouvelle séance agitée au Sénat ce mercredi soir. La proposition de loi des communistes visant à augmenter les retraites agricoles en 2018 de plus de 100 euros par mois, s’est une nouvelle fois heurtée, comme en mars, à la procédure du vote bloqué, brandie par le gouvernement (relire notre article).

La colère unanime des groupes de gauche, comme de droite, a fait réagir Marc Fesneau, le patron des députés Modem, sur le plateau de Parlement Hebdo. « Les parlementaires LR et PS ont été en charge de ces questions-là pendant 20 ou 25 ans. Qui a méprisé pendant 20 ou 25 ans les retraités agricoles ? C’est eux. C’est très facile d’être dans l’opposition de venir donner des leçons et des leçons de morale », a-t-il critiqué. « Pendant 20 ans, ils n’ont rien fait ! »

« Il faut revaloriser les retraites agricoles. L’engagement sera tenu »

Reconnaissant que l’utilisation de cette procédure de vote bloqué, prévu par l’article 44.3 de la Constitution, n’était « jamais agréable », le député du Loir-et-Cher a rappelé la nécessité d’aborder la question des pensions agricoles dans le cadre d’un débat global sur les retraites, promises à une réforme d’ampleur en 2019.

« On ne reporte pas aux calendes grecques », assure Marc Fesneau. « Le gouvernement fait un amendement pour dire 2020. Nous tiendrons, nous au gouvernement, le discours que je vous tiens là : il faut revaloriser les retraites agricoles. L’engagement sera tenu, dans le calendrier qui est le nôtre. »

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le