Marc Fesneau juge le projet de loi contre les violences sexuelles « un peu décevant »

Marc Fesneau juge le projet de loi contre les violences sexuelles « un peu décevant »

Le chef de file des députés Modem salue une « avancée » après l’adoption du projet de loi porté par Marlène Schiappa, et considère néanmoins que ce texte n’est pas à la hauteur des espérances.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Il a voté en faveur du projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes, mais ne cache pas une certaine déception. « On pensait qu’on pouvait aller plus loin que le texte qui nous était présenté et à la hauteur de ce qui avait été espéré », réagit dans Parlement Hebdo, le président du groupe Modem à l’Assemblée nationale. « Il me semble que c’est une avancée, même si c’est pour beaucoup un peu décevant. »

Principale déception : l’absence d’un seuil de présomption de non-consentement sexuel fixé à 15 ans. « C’était attendu et annoncé par le gouvernement », regrette-t-il.

« Tout le monde s’est braqué »

Les débats autour de l’article 2 ont « un peu difficiles et houleux », selon Marc Fesneau, qui ajoute que « tout le monde s’est braqué ». « Ce qui est dommage c’est que c’était au démarrage un texte qui aurait dû trouver les voies d’un consensus. »

Malgré tout, l’élu de la majorité préfère voir le verre à moitié plein. « Il y a des tas de pays européens qui ont été un peu plus loin que ce qu’on a fait dans ce texte. Ceci dit il y a des avancées […] Si nous votions contre, le délai de prescription [des crimes sexuels, NDLR] restait à 20 ans [au lieu d’être porté à 30], la vulnérabilité n’était pas prise en compte, l’outrage sexiste dans la rue n’était pas pris en compte ! »

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le