Maréchal-Le Pen: Macron, “véritable homme de gauche” dont il faut se méfier

Maréchal-Le Pen: Macron, “véritable homme de gauche” dont il faut se méfier

Emmanuel Macron est "un véritable homme de gauche dans tout ce qu'il y a de plus terrifiant et excessif", a affirmé dimanche la...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Emmanuel Macron est "un véritable homme de gauche dans tout ce qu'il y a de plus terrifiant et excessif", a affirmé dimanche la députée FN Marion Maréchal-Le Pen.

Alors que l'ancien ministre de l’Économie est actuellement classé en deuxième position dans les intentions de vote pour la présidentielle, derrière Marine Le Pen, la nièce de la présidente du Front national a estimé sur RTL/LCI/Le Figaro qu'"aujourd'hui, il y a un risque que la gauche revienne au pouvoir".

"Ceux qui pensent qu'Emmanuel Macron mènerait une politique radicalement différente de ce que la gauche a pu faire ces dernières années se trompent", a-t-elle dit.

En dépit de son "petit côté joueur de flûte d'Hamelin", le fondateur d'En Marche! a, selon la députée du Vaucluse, "un programme en réalité qui est très clair. C'est plus d'immigration, c'est l'apologie du multiculturalisme, c'est un candidat qui dit qu'il n'y a pas de culture française, c'est quelqu'un qui veut libéraliser totalement les services publics, qui veut libéraliser d'ailleurs de manière générale l'économie, qui a priori qui est plutôt libertaire sur les questions sociétales type GPA, PMA, mariage homosexuel".

"Ce qui est certain, c'est qu'aujourd'hui il faut se méfier terriblement de cet homme, qui, sous couvert d'être jeune, avec sa barbe de trois jours, d'être moderne, de venir soi-disant du privé, est un libéral-libertaire dans ce qu'il y a de plus dangereux", a-t-elle conclu.

Dans la même thématique

Maréchal-Le Pen: Macron, “véritable homme de gauche” dont il faut se méfier
3min

Politique

Crise agricole : « 80% des engagements sont tenus ou en passe d’être tenus », affirme Gabriel Attal

Interrogé par François Patriat, président du groupe RDPI (majorité présidentielle) au Sénat sur la crise agricole, le Premier Ministre a reconnu une situation difficile pour les agriculteurs français, déplorant « un malaise, une détresse, une exaspération qui vient de loin », tout en se réjouissant de la réponse apportée par le gouvernement à travers les 62 engagements promis lors de sa conférence de presse début février.

Le