Marie-Noëlle Lienemann ne comprend pas « l’attitude de Jean-Luc Mélenchon »

Marie-Noëlle Lienemann ne comprend pas « l’attitude de Jean-Luc Mélenchon »

Interrogée au micro de Sénat 360, Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice (PS) de Paris a regretté l’ « attitude de Jean-Luc Mélenchon » face à Benoît Hamon et au PS et souhaite un accord avec les forces politiques proches du candidat de la France insoumise.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

La sénatrice (PS) de Paris, Marie-Noëlle Lienemann, n’a pas apprécié que Jean-Luc Mélenchon ait parlé de « corbillard » pour évoquer le parti socialiste vendredi 17 février, au moment où des tentatives de rapprochement entre Benoît Hamon et le candidat de la France insoumise s’effectuaient : « Je ne comprends pas tellement l’attitude de Jean-Luc Mélenchon. Je trouve qu’il charge la mule, en mettant des oukases, des conditions, qui sont des conditions dont on voit bien qu’elles sont excessives et ne peuvent pas être acceptées. Parler de « corbillard du PS »… On peut avoir des désaccords, on peut considérer que [le parti socialiste] a été affaibli par ce quinquennat mais à quoi ça sert d’aller [le] mettre en cause ? Nous ne gagnerons et nous ne serons présents au deuxième tour de l’élection présidentielle que si on rassemble toute la gauche sans exception et qu’on ne commence pas à critiquer les uns ou les autres. Ce qui est important, c’est qu’on soit d’accord sur le fond ou au moins quelques axes stratégiques  majeurs qui vont pouvoir irriguer le futur quinquennat ».

Et s’il paraît impossible de discuter avec Jean-Luc Mélenchon, Marie-Noëlle Lienemann pense qu’il est possible de trouver un accord avec ceux qui le soutiennent : « Ce sont les électeurs qui ont en main leur bulletin. Donc je pense qu’il faut continuer à discuter. Parce qu’il ya Jean-Luc Mélenchon le candidat mais il y a aussi des forces politiques qui soutenaient ou soutiennent encore la candidature de Jean-Luc Mélenchon : nos amis du parti communiste, le groupe « Ensemble », des associations… il y a toute une série de gens qui avaient vu en Jean-Luc Mélenchon l’alternative à la politique de François Hollande et de Manuel Valls à gauche. Je pense qu’aujourd’hui (…) on peut certainement travailler avec eux à des convergences législatives, voire au-delà ».

Et cela au moment où Benoît Hamon et Yannick Jadot, le candidat d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) semblent tous proches d’un accord.

Dans la même thématique

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le

Législatives 2024 : douze points chauds à surveiller
10min

Politique

Législatives 2024 : douze points chauds à surveiller

Sortants menacés ou en position inconfortable, circonscriptions ayant valeur de symbole, duels médiatiques : Public Sénat a sélectionné douze circonscriptions à travers le territoire, qui pourraient faire parler d’elles les 30 juin et 7 juillet.

Le