Marine Le Pen “lance un signal” à Guaino, Dupont-Aignan et “tous les patriotes”

Marine Le Pen “lance un signal” à Guaino, Dupont-Aignan et “tous les patriotes”

La présidente du Front national Marine Le Pen a lancé dimanche un "signal" à "tous les patriotes", mentionnant en particulier...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

La présidente du Front national Marine Le Pen a lancé dimanche un "signal" à "tous les patriotes", mentionnant en particulier Henri Guaino (LR) et Nicolas Dupont-Aignan (Debout La France), candidats comme elle à la présidentielle, pour qu'ils la rejoignent.

"Je propose à tous les patriotes, à tous ceux qui ont la nation au cœur de nous rejoindre", a déclaré Mme Le Pen, qui était l'invitée d'Europe 1/iTELE/Les Échos.

Tout en se refusant à dresser "une liste de gens" qui pourraient l'entourer en cas de victoire à la présidentielle, Mme Le Pen a noté "qu'il y a un certain nombre de personnes qui aujourd'hui dans la vie politique française sont des patriotes: M. Guaino est un patriote, M. Dupont-Aignan est incontestablement un patriote, et ceux-là devraient pouvoir un jour, demain, se rendre compte, peut-être, s'ils en ont le souhait, s'ils en ont la volonté, que la nation est en grand danger, quoi qu'on en dise, et que le choix qui va se faire à l'élection présidentielle est presque un choix de civilisation: est-ce que la France restera un pays libre, un pays souverain, un pays laïque?"

"Est-ce qu'ils sont capables de me rejoindre? Je le souhaite, en tous cas je leur lance un signal et je leur dis: si vous voulez œuvrer pour le pays, alors à un moment donné il faudra rejoindre le grand camp des patriotes", a-t-elle conclu.

Mme Le Pen répondait à des questions sur la majorité sur laquelle elle pourrait s'appuyer en cas de victoire, et sur son choix de Premier ministre.

"Une majorité présidentielle va comporter le Front national, elle va comporter aussi ceux qui vont nous rejoindre avant le premier tour, entre les deux tours, après le deuxième tour", a-t-elle dit, et "obligatoirement, elle ira au-delà du Front national".

"C'est un basculement de société", a prédit de son côté Louis Aliot, vice-président du FN, sur BFMTV, établissant un parallèle avec "l'alternance de 1981 avec François Mitterrand". "Marine Le Pen élue présidente de la République, vous avez une majorité à l'Assemblée nationale".

Quant au Premier ministre, en cas de victoire de Mme Le Pen, "je pense que c'est un Premier ministre qui fait non pas consensus, mais qui rassemble au-delà des frontières du Front national", a-t-il déclaré. Pour gouverner, "on s'adressera à d'autres personnalités, politiques ou pas", a-t-il ajouté.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le