Marion Maréchal, qui n’a pas “honte” du nom Le Pen, défend un combat “métapolitique”

Marion Maréchal, qui n’a pas “honte” du nom Le Pen, défend un combat “métapolitique”

L'ex-députée FN Marion Maréchal a répondu à deux interviews jeudi, pour la première fois depuis son retrait de la vie politique...
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

L'ex-députée FN Marion Maréchal a répondu à deux interviews jeudi, pour la première fois depuis son retrait de la vie politique il y a un an, affirmant n'avoir pas "honte" du nom Le Pen qu'elle a effacé des réseaux sociaux, et présentant l'école qu'elle vient de lancer comme le fer de lance d'un combat "métapolitique".

L'abandon du nom de sa mère Yann sur ses comptes Facebook et Twitter la semaine dernière est "une manière, surtout, d'acter (son) passage à la vie civile. Je n'ai jamais eu et n'aurai jamais honte de mon nom", affirme l'ancienne élue de 28 ans sur le site classé très à droite Boulevard Voltaire.

"L'adossement du nom de ma mère, Le Pen, avait clairement un objectif en 2012: laver l'honneur de ce nom à Carpentras, vingt ans après la terrible affaire qui l'avait souillé", poursuit la petite-fille du cofondateur du FN, Jean-Marie Le Pen. Un cimetière juif avait été profané à Carpentras en 1990 par des néonazis.

"Je pense avoir mené cette mission avec succès par mon élection. Je n'ai plus de raison de garder, aujourd'hui, mon nom +politique+", ajoute-t-elle.

Celle qui vient de lancer une école où les intervenants proviennent de divers courants de l'extrême droite défend un "combat culturel et métapolitique" car "transmettre les valeurs civilisationnelles" ne peut pas se faire "uniquement par le biais électoral", même si le combat électoral peut en être la "finalité", dit-elle sur TLM Lyon.

La directrice générale de l'Institut de sciences sociales, économiques et politiques (Issep), qui doit ouvrir en septembre à Lyon, veut proposer une "offre alternative aux écoles qui sont aujourd'hui en charge de former les grandes élites françaises", dont les formations sont des "vecteurs des grands poncifs de notre temps sur la mondialisation, l'inutilité des frontières, le profit comme seule valeur".

- Laurent Wauquiez bienvenu -

Celle qui défend "l'union des droites" admet que "quelques membres" de l'école sont "issus des rangs du FN" mais souligne qu'il "n'y a pas de raison de les exclure" tout comme "des gens qui auraient pu s'investir à LR, à DLF (Debout la France, présidé par Nicolas Dupont-Aignan, NDLR), au PCD (parti chrétien démocrate, fondé par Christine Boutin, NDLR), ou autre".

Si le président de LR Laurent Wauquiez souhaitait y donner des cours, cela ne lui poserait "aucun problème".

Marion Maréchal, qui est toujours adhérente du FN, ne veut pas faire "une école pour (ses) idées", rappelant que "quand on est dans le combat électoral, on est dans un parti politique, qui a une doctrine, une hiérarchie". "On n'est pas là pour remplacer un sectarisme par un autre ou un intégrisme par un autre, bien au contraire. L'idée c'est d'être une bouffée d'air intellectuelle dans le monde universitaire".

Estimant que "la mondialisation n'est pas une option", elle veut développer la "dimension internationale" et travaille à un partenariat avec une école américaine.

La militante nationaliste a précisé que son école n'accepterait "pas les dons étrangers" mais pourrait accueillir des étudiants étrangers.

"Attachée au principe de laïcité", elle juge "peu probable" que son école accueille des étudiantes voilées.

Marion Maréchal, qui a quitté la politique après l'échec de sa tante Marine Le Pen à la présidentielle, n'exclut pas d'y revenir, mais pas pour les européennes. "Si un jour j'ai le sentiment que je peux être vraiment utile, que j'ai la légitimité pour partir, pourquoi pas", déclare-t-elle.

L'ancienne élue, toujours très populaire au FN, prévient toutefois que "c'est un peu hasardeux" de "se projeter excessivement sur telle ou telle personne".

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Marion Maréchal, qui n’a pas “honte” du nom Le Pen, défend un combat “métapolitique”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le