Marseille: un élu LR demande à Collomb la dissolution de l’Action française

Marseille: un élu LR demande à Collomb la dissolution de l’Action française

Le maire LR des 6e et 8e arrondissements de Marseille a demandé la dissolution de l'Action Française dans la cité phocéenne,...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le maire LR des 6e et 8e arrondissements de Marseille a demandé la dissolution de l'Action Française dans la cité phocéenne, après des débordements violents autour du local de ce groupuscule royaliste, dans un courrier au ministre de l'Intérieur consulté jeudi par l'AFP.

Yves Moraine, qui préside le groupe des Républicains au conseil municipal de Marseille, demande également à Gérard Collomb l'interdiction des opposants à l'Action Française: classés à l'extrême gauche, ces derniers appellent régulièrement à des actions et contre-manifestations.

Invoquant "de graves troubles à l'ordre public", M. Moraine dit rejeter tant les royalistes que leurs opposants, deux "groupes politiques extrémistes et violents qui s'affrontent". Après des plaintes de riverains sur les troubles survenus dans leur rue, il s'agit de "défendre les habitants pris en otage", poursuit le maire.

La dissolution d'une association politique est une décision rare, qui répond à des conditions strictes et dépend du ministre de l'Intérieur. A Marseille, la préfecture de police interdit régulièrement rassemblements et contre-manifestations attribuées à "la mouvance antifasciste et anarcho-autonome", aux abords du local de l'Action Française. M. Moraine demande "le strict respect de ces interdictions" et l'arrestation des contrevenants.

Organisation royaliste se réclamant de Charles Maurras, inspirateur des mouvements d'extrême droite condamné après la guerre pour son soutien résolu au régime de Vichy, l'Action Française a été particulièrement active ces derniers mois en Provence.

Ses militants, souvent jeunes, ont perturbé des réunions de personnalités politiques locales, et une conférence universitaire sur le FN. Mi-novembre, un militaire, membre de l'Action Française, a été condamné à 8 mois de prison avec sursis à Marseille pour des violences survenues devant un lycée lors d'une distribution de tracts.

Mi-octobre, le député La France Insoumise (LFI) de Marseille Jean-Luc Mélenchon avait déjà demandé la fermeture du local du groupuscule royaliste, au lendemain d'affrontements avec des militants antifascistes.

Le nom du chef de file des Insoumis venait d'être cité, comme cible potentielle, dans un dossier "d'association de malfaiteurs terroriste", impliquant une dizaine de personnes en lien avec un ancien militant de l'Action Française Provence.

Dans la même thématique

PARIS: MEDEF, Audition des principales tetes de liste aux prochaines elections europeennes
10min

Politique

Européennes 2024 : les « planètes » sont-elles alignées pour permettre à Raphaël Glucksmann de « doubler » Valérie Hayer ?

Alors que les sondages montrent de plus en plus la liste PS/Place Publique de Raphaël Glucksmann au coude-à-coude avec celle de la majorité présidentielle de Valérie Hayer, la question d’un croisement des courbes n’a jamais semblé aussi brûlante. Si l’optimisme reste de mise dans le camp Macron, « on peut se réveiller le 9 juin avec une énorme surprise », alertent certains. Du côté du PS, « on fait tout pour » reléguer les macronistes à la troisième place.

Le

New Caledonia: Emmanuel Macron visit
6min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Parler aujourd’hui de l’organisation d’un nouveau référendum est totalement prématuré », selon Georges Naturel, sénateur de Nouvelle-Calédonie

Alors que le Président de la République a atterri, il y a seulement quelques heures sur le sol calédonien, Public Sénat a pu contacter Georges Naturel, sénateur LR de Nouvelle Calédonie, se trouvant sur place. S’il regrette que cette visite intervienne « si tard », il salue la « bonne » intention pour restaurer un climat d’apaisement sur le « caillou ». Entretien.

Le